Un "choc d'autorité et de sévérité" proposé par Eric Ciotti, le président des Républicains

Le député de la 1ʳᵉ circonscription des Alpes-Maritimes et président du parti Les Républicains propose un "choc d'autorité et de sévérité". Il l'a détaillé, lors une interview, dans un plan comportant 25 mesures. Il prône notamment de "créer une force spéciale pour intervenir dans les quartiers".

"Je propose une véritable révolution en matière de sécurité", une "sorte de choc d'autorité et de sévérité". C'est ce qu'a annoncé Eric Ciotti, le député et président LR natif de Nice, dans les Alpes-Maritimes, dans une interview donnée au JDD - l'hebdomadaire Le Journal du dimanche - dont la direction de la rédaction est désormais assurée par Geoffroy Lejeune depuis la prise de contrôle du titre par Vincent Bolloré.

Lettre à l'Élysée

Le député des Alpes-Maritimes affirme qu'il a adressé une lettre en ce sens au Président de la République, Emmanuel Macron pour promouvoir auprès de l'exécutif ses 25 mesures.

Chaque jour en France, 1.000 personnes sont victimes de coups et blessures volontaires" soit "un quasi doublement depuis 2012" et "des quartiers entiers sont devenus des zones de non-droit livrées aux narco-trafiquants.

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et président des Républicains

JDD- Journal du dimanche

Abaissement de la majorité pénale à 16 ans et suppression de l'excuse de minorité, suppression des allocations familiales aux "parents qui manquent à leurs devoirs d'éducation", rétablissement de la double pleine, mise en place de courtes peines et retour des peines plancher... Beaucoup de ces mesures, détaillées dans un document transmis à l'Agence France-Presse, font partie de l'arsenal programmatique habituel de LR.

D'autres sont plus originales, comme le fait pour un consommateur de stupéfiants condamné, en état de récidive, de voir sa peine publiée en ligne, ou le passage à 1.000 euros de l'amende forfaitaire délictuelle pour les consommateurs de drogue.

Check points et force spéciale d'intervention

LR propose la "mise en place de 'check points' aux quatre coins des quartiers gangrenés par le trafic de drogue" et la "création d'une force spéciale permanente" ayant vocation à intervenir dans les quartiers les plus sensibles, composée de militaires de la force Sentinelle, de policiers, de représentants des services douaniers et des services fiscaux.

En résumé, comme l'a posté sur X - anciennement Twitter - le parti Les Républicains, une "force spéciale" destinée à intervenir de jour comme de nuit.

"Que chaque quartier soit verrouillé"

"Je souhaite que chaque quartier soit verrouillé jour et nuit par les forces de l'ordre", tonne M. Ciotti qui veut aussi "réhabiliter la filière investigation au sein de la police nationale" en créant une "indemnité de sujétion spéciale" et en doublant "le nombre de policiers qui y sont affectés".

Le président des LR estime nécessaire d'avoir "au moins 100.000 places de prison", contre 61.000 aujourd'hui.

Au 1er avril, 77.450 personnes étaient incarcérées, selon les derniers chiffres communiqués par le ministère du garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti.

En juillet 2023, LR avait présenté un plan fixant un objectif de 80.000 places d'ici à 2027.

Pas de smartphones au lycée

LR propose également une série de mesures à destination des structures éducatives, et notamment l'école.

Les professeurs harcelés, menacés ou agressés bénéficieraient ainsi systématiquement de la protection fonctionnelle et du soutien de leur hiérarchie, avec une aggravation des peines encourues pour les personnes qui s'en prennent aux enseignants. Et préconise d'interdire les téléphones portables au lycée.

"Nos propositions concrètes, étayées et responsables sont sur la table. La balle est dans le camp d'Emmanuel Macron" dont le bilan est "le pire de la Vème République en matière d'insécurité", assène le président des Républicains.

Ces propositions interviennent à un peu plus d'un mois des élections européennes.