L'université de Nice incite ses étudiants à s'opposer au blocage de leur faculté

Un mail adressé par l'université de Nice Sophia-Antipolis à ses 20 000 étudiants et personnels les incite à signer une pétition en ligne pour s'opposer à un éventuel blocage de leur faculté. En plein mouvement de contestation étudiante, ce formulaire suscite des interrogations.

La pétition en ligne de l'université de Nice Sophia-Antipolis.
La pétition en ligne de l'université de Nice Sophia-Antipolis. © France 3 Côte d'Azur
Le courriel reçu par l'ensemble des étudiants et des personnels est intitulé " non au blocage", selon le mail "chaque point de vue doit s'exprimer".

Sur ce sondage une seule case à cocher: "pour la continuité des cours" comme le montre ce reportage.

durée de la vidéo: 02 min 28
L'université de Nice incite ses étudiants à s'opposer au blocage de leur faculté


Une pétition qui fait débat


La fédération des étudiants FACE 06 se dit favorable et juge la démarche intéressante. "Cela montre que l’université cherche des solutions de dialogue. Ça montre qu’elle n’est pas dans la réaction forte" explique Louis Voisin, président de la FACE 06.

Pour certains enseignants et étudiants, en revanche, ça va à l'encontre du devoir de réserve, de neutralité et d'impartialité.

"Le fait d’avoir un mail de la part de la direction (…) qui demande aux personnes d’approuver leur vision des choses pour se positionner contre un blocage, on trouve cela aberrant" juge Jérémie Bleuzen Membre fondateur du collectif Sauvetafac06.


La contestation étudiante


Contre la loi relative à l'Orientation et à la Réussite des Étudiants, pour l'arrêt des coupes budgétaires les étudiants de la faculté des sciences avaient voté une motion pour le blocage de la faculté de Valrose, à Nice, le mardi 3 avril. Ils étaient une soixante du collectif "Sauve ta fac 06 " à bloquer l'entrée du site dès 6 heures du matin.

Le blocage avait duré une journée et l'un des principaux combat de ces étudiant portait sur ce qu'ils appellent "les masters payants", appelés diplômes d’établissement. Des nouvelles formations dont le coût s'élèvera à 4.000 euros, soit 13 fois plus que le prix actuel. 

Ces formations sont des équivalents masters, certains diplômes universitaires vont même remplacer des masters qui disparaissent. Cela est qualifié "d'expérimentation" par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et par la présidence de l'université de Nice.

De nombreux étudiants s'y opposent comme Grégoire Maniel, étudiant du collectif Sauve ta fac 06 filmé lors du blocage du site de Valrose le 3 avril dernier.


Pour l'instant, cette pétition ne rencontre pas le succès attendu. L'université de Nice Sophia-Antipolis compte plus de 20 000 personnes, un peu plus de 400 d'entre elles ont répondu au formulaire.

Une pétititon en règle pour Emmanuel Tric, président de l'université
  • Selon Emmanuel Tric, président de l'Université Nice Sophia Antipolis, la demande de cette pétition ne vient pas de la direction : "J’ai donné l’autorisation au service communication de répondre à cette demande de plusieurs enseignants chercheurs"

  • Le président promet que les données collectées resteront confidentielles : "Toutes les informations collectées ne sont pas diffusées à l’extérieur.

  • Pour Emmanuel Tric, l'université reste dans son rôle en relayant cette pétition : "A partir du moment où il y a une demande nous essayons de faire les choses de manière apaisée".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société