On peut arroser son potager mais pas remplir sa piscine : le point sur les mesures liées à la sécheresse dans les Alpes-Maritimes

Depuis le début de l'été, de nombreuses mesures ont été mises en place pour lutter contre la sécheresse : il est par exemple interdit de remplir sa piscine. Elles continueront d'être appliquées jusqu'au 18 septembre, mais l'arrosage du potager est à nouveau autorisé, à condition d'utiliser une technique économe en eau.

Cette année, les Alpes-Maritimes font face à une situation de sécheresse exceptionnelle : le déficit de pluviométrie est de 40 à 60% par rapport à la normale. 2022 est la deuxième année où il a le moins plu sur le département depuis... 1959.

Depuis le début de l'été, de nombreuses mesures ont été prises pour lutter contre la sécheresse, elles varient en fonction du niveau de restriction imposé à la commune.

Dans un arrêté diffusé le 17 août, la préfecture des Alpes-Maritimes revient sur l'arrosage des jardins potagers, qui était interdit dans les zones en "crise sécheresse". C'est maintenant autorisé à condition d'utiliser un système économe en eau (micro-aspersion ou goutte à goutte) et d'arroser uniquement la nuit, entre 19 h et 9 h.

"Dans l’objectif d’encourager la production alimentaire locale et de préserver le pouvoir d’achat de nos concitoyens, le Préfet a décidé que les jardins potagers pourront continuer à être arrosés même au stade de crise", explique la préfecture dans son communiqué.

De nouvelles zones sont également concernées par les mesures relatives à la sécheresse : le bassin de la Siagne aval, notamment, passe en stade d'"alerte".

Qu'est-ce qu'on a le droit de faire ou de ne pas faire avec l'eau ? 

Les autres mesures restrictives restent en vigueur et sont prolongées jusqu'au 18 septembre. Dans toutes les communes concernées par la sécheresse, le lavage des véhicules est interdit à part s'il est effectué dans une station professionnelle qui fonctionne en circuit fermé (l'eau est réutilisée).

Dans les zones situées en "crise sécheresse", le niveau de risque le plus élevé, c'est par exemple le cas de Biot ou d'Antibes : il est complétement interdit d'arroser les stades de sport, les golfs ont uniquement le droit d'arroser les "greens" - ce qui n'a pas manqué de faire polémique -, les agriculteurs doivent réduire leur consommation d'eau de 40%.

Pour les particuliers, le remplissage et la mise à niveau des piscines sont prohibés ainsi que l'arrosage des pelouses, le lavage des terrasses est interdit, les jeux d'eau également. Le remplissage des bassins ou plans d'eau n'est pas autorisé.

Dans les lieux considérés en "alerte renforcée", comme à Villeneuve-Loubet ou Nice, les mesures sont un peu plus permissives : l'arrosage des terrains sportifs est possible entre 19 h et 9 h et avec une réduction de 40% de l'usage de l'eau, par exemple.

Pour les particuliers, la mise à niveau des piscines est autorisée "pour raisons sanitaires".

Et enfin, dans les communes en simple "alerte", l'arrosage des jardins d'agrément - interdit aux autres stades de sécheresse - redevient possible mais seulement entre 19 h et 9 h. Les pelouses peuvent également être arrosées à condition de réduire les prélèvements de 20% et de le faire pendant la nuit. 

Pour connaître l'ensemble des restrictions : l'arrêté est consultable sur le site de la préfecture.

La préfecture a rappelé que le non-respect de ces règles peut exposer les contrevenants à une amende allant jusqu'à 1500€.