Cet article date de plus de 4 ans

Puget-Théniers : une association de défense des animaux publie une vidéo dénonçant l'abattoir

Une association de défense des animaux, L214, a rendu publique ce  mercredi une vidéo dénonçant de mauvais traitements envers les animaux dans deux abattoirs l'un à Puget-Théniers dans les Alpes-Maritimes et l'autres à Pezenas dans l'Hérault.
L'association a annoncé, dans un communiqué, avoir "porté plainte pour maltraitance et actes de cruauté contre les deux établissements". Capture d'image à Puget-Théniers.
L'association a annoncé, dans un communiqué, avoir "porté plainte pour maltraitance et actes de cruauté contre les deux établissements". Capture d'image à Puget-Théniers. © Capture Youtube
durée de la vidéo: 01 min 52
Polémique abattoir Puget-Théniers
Intervenants:
Robert Velay Maire de Puget Théniers
Emmanuel Vizza Président Abattoir du Mercantour (puget THéniers)

L'association a annoncé, dans un communiqué, avoir "porté plainte pour maltraitance et actes de cruauté contre les deux établissements".
"L214 rend publique une nouvelle vidéo montrant des actes de maltraitance, des violations de la réglementation, et des animaux en grande souffrance au moment de leur mise à mort", écrit l'association dans un communiqué.

Les images ont été tournées entre novembre 2015 et mai 2016 ( A Puget-Théniers), précise l'association

>> Voir les vidéos. - ATTENTION LES IMAGES PEUVENT CHOQUER.

Les images, publiées mercredi matin sur le site internet du Monde, montrent des chevaux "parfois tirés au treuil jusque dans le box d'abattage".
Par ailleurs, "les dispositifs d'étourdissement étant inadaptés ou défaillants, les cochons reçoivent des chocs électriques avant d'être vraiment insensibilisés", dénonce l'association. Les moutons "sont suspendus encore conscients en cours de saignée.... les bovins sont saignés sans étourdissement, par cisaillement, et le sacrificateur revient découper dans la gorge des animaux conscients", selon L214. 

Dans l'abattoir du Mercantour "les conditions d'abattages des bovins sont moyenâgeuses" et "de nombreux moutons sont suspendus conscients en cours de saignée".


 En visite surprise le 7 mai à l'abattoir de Pézenas, le député LR de l'Hérault Elie Aboud, membre de la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs, n'avait constaté "aucun dysfonctionnement".

Capture écran - Abattoir du Vigan
Capture écran - Abattoir du Vigan © MAXPPP
Une commission d'enquête parlementaire sur "les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français" a été créée après la diffusion ces derniers mois par l'association L214 de vidéos révélant des mauvais traitements dans les abattoirs gardois d'Alès et du Vigan, puis dans celui du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). - avec AFP -

Réaction du maire de Puget-Théniers :

durée de la vidéo: 00 min 39
Abattoir accusé de maltraitance : réaction du maire de Puget-Théniers

 

Les affaires précédentes :
- Novembre 2014: poussins broyés
L214 diffuse une vidéo prise dans un couvoir à Saint-Hernin (Finistère) montrant des poussins mis dans des sacs en plastique et étouffés, jetés vivants dans une benne à ordure et agonisant ou passant vivants dans un broyeur. Le couvoir est condamné en mars 2016 par le tribunal correctionnel de Brest pour "mauvais traitements envers un animal" à une amende de 19.000 euros.

- Octobre 2015 : Alès
L'abattoir municipal d'Alès (Gard) ferme à titre conservatoire le 14 octobre 2015 après la diffusion par L214 d'une vidéo tournée en caméra cachée par  "une personne ayant accès à l'abattoir".
Les images montrent des bovins et des moutons qui reprennent connaissance après avoir été étourdis alors qu'ils sont en train d'être saignés, des porcs entassés dans une cage qui descend dans une fosse pour les asphyxier au CO2, un cheval apeuré frappé avec un aiguillon électrique ou un veau qui s'échappe d'un tonneau de contention. Le parquet d'Alès ouvre une enquête préliminaire sur des "faits d'acte de cruauté, mauvais traitements sur animaux". L'abattoir rouvre progressivement en décembre. En avril 2016, le maire d'Alès invoque les nécessités de l'abattage rituel pour la viande hallal qui représente la moitié de l'activité de l'établissement.

- Décembre 2015: canetons broyés
L214 diffuse le 22 décembre des images filmées en caméra cachée montrant le broyage des canetons femelles dans un couvoir des Pays de la Loire. Seuls les canetons mâles sont conservés pour la filière de production de foie gras. On y voit des employés jeter des canetons vivants dans des entonnoirs qui mènent à un système de broyeur.

- Février 2016: Le Vigan
L'association diffuse le 23 février des images d'un abattoir certifié bio au Vigan (Gard). On voit un employé prendre des agneaux récalcitrants et les lancer violemment contre les barrières. Des bovins et des porcs sont saignés alors qu'ils bougent encore.
Comme celui d'Alès, l'abattoir du Vigan est fermé "à titre conservatoire" et une enquête préliminaire ouverte par le parquet. Il rouvre partiellement le 21 mars après des "mesures techniques" et une procédure disciplinaire contre certains employés. 

- Mars 2016: Mauléon-Licharre
L214 diffuse le 29 mars des vidéos de l'abattoir intercommunal de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques) montrant des animaux visiblement mal étourdis et brutalisés et un agneau écartelé vivant. Le site est fermé "à titre conservatoire" par le maire, l'agrément préfectoral est suspendu.
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll ordonne le même jour des inspections dans l'ensemble des abattoirs de France. Il annonce le 5 avril un plan en faveur du bien-être animal et crée un délit de maltraitance pour les directeurs des abattoirs.

- Mai 2016: Chaleins
Une nouvelle vidéo est publiée pour dénoncer les conditions d'élevage de poules pondeuses au Gaec du Perrat, à Chaleins (Ain). Les images montrent des poules déplumées, une prolifération de poux, d'asticots, des cadavres de volailles gisant dans des cages.
Le Foll déclare que, "s'il le faut", il fermera cet élevage travaillant pour la grande distribution. La marque d'oeufs Matines déclare cesser de s'approvisionner dans cet élevage.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux sorties et loisirs agriculture économie abattoirs