"Nous sommes écœurés, choqués !" Trois chiens faméliques découverts, la question des moyens légaux face à la maltraitance animale encore posée

Alba n'a pas survécu. Pago, son frère, et O'Malley ont pu être pris en charge par l'association ASA 06, qui se mobilise aujourd'hui pour que la propriétaire maltraitante ne puisse plus détenir d'animaux. Plainte a été déposée pour actes de cruauté.

C'est un voisin qui a alerté l'association. Informé par la locataire de la maison à côté de la sienne, à Vence (Alpes-Maritimes), qu'elle serait absente pour une durée indéterminée, ce dernier s'est rendu sur place pour nourrir ses trois boxers restés seuls. L'état dans lequel il les a découverts l'a immédiatement poussé à appeler l'association Au Service des Animaux 06.

Particulièrement préoccupante, la santé d'Alba, petite chienne boxer de 4 ans. Elle est totalement décharnée, dans un demi-sommeil permanent. C'est elle qu'il confie dans un premier temps aux bénévoles. "Affamée depuis des mois ... La petite Alba ne pesait que 13 kg !" constate l'association. Aux urgences vétérinaires, le compte-rendu est pessimisme : "Malnutrition sévère et chronique avec anémie secondaire. Le pronostic est sombre au vu du risque d’apparition d’une défaillance multiorganique et d’un syndrome de réalimentation."

Alba est morte dans la nuit suivant son admission.

Nous sommes écoeurés, choqués de cette maltraitance qui lui a coûté la vie !! Alba est morte de faim !

Cécilia Fruleux, directrice de l'association Au Service des Animaux 06

Deux jours plus tard, l'association convainc le voisin en charge des animaux de lui confier les deux autres boxers. Pago, le frère d'Alba, et O'Malley sont à peine moins faméliques que la petite chienne décédée. Ils sont pris en charge dans le refuge d'ASA 06 à Mougins, où leur état semble s'améliorer.

"Nous arrivons à leur donner de petits repas fractionnés. Ce sera long, car leur état de dénutrition remonte à de nombreux mois, probablement depuis l'arrivée de leur propriétaire à Vence", nous explique Cécilia Fruleux, la directrice d'ASA 06.

L'association a lancé une cagnotte en ligne pour participer aux frais engagés pour remettre les deux boxers d'aplomb. Elle lance aussi un appel à des familles d'accueil pour que les chiens puissent sortir des box du refuge. "Nous aimerions qu'ils ne soient pas séparés", fait remarquer Cécilia Fruleux.

Une plainte pour actes de cruauté et mauvais traitement

La responsable associative s'est rendue à la gendarmerie de Mouans-Sartoux. Elle a déposé samedi 2 mars une plainte contre la propriétaire des chiens pour actes de cruauté et mauvais traitement sur animaux domestiques.

Selon les informations que l'association a pu réunir, cette femme en provenance du Gard a emménagé à Vence il y a environ 10 mois. Déjà propriétaire d'O'Malley, elle avait récupéré Alba et Pago en décembre 2022.

Quant aux raisons de son absence subite la semaine dernière, une hospitalisation a d'abord été évoquée, mais d'autres sources laissent penser à l'association qu'elle aurait plutôt été incarcérée.

Quoi qu'il en soit, ASA 06 espère aujourd'hui un traitement rapide de ce dossier par la justice. Car l'association se trouve pour l'instant dans une situation juridiquement ambigüe.

Dans un premier temps nous attendons des tribunaux qu'ils nous confient officiellement ces animaux. Car par le passé, il est arrivé que l'on soit obligés de rendre des chiens maltraités à leur propriétaire.

Cécilia Fruleux, directrice de l'association ASA 06

L'association espère ensuite que la propriétaire défaillante soit condamnée, "pour qu'elle ait interdiction de détenir des animaux à vie".

Des cas de maltraitance à répétition

Désormais connue pour prendre en charge des animaux maltraités, l'association ASA 06 a déposé au cours du dernier mois pas moins de six plaintes pour actes de cruauté envers des animaux.

Alba est morte, ce fut aussi le cas de Charlie, petit chien mort le 13 février malgré son hospitalisation, après un an et demi de mauvais traitements.

L'association attend beaucoup de la justice. "Certaines personnes malades psychologiquement devraient automatiquement être saisies de leurs animaux. Ce n'est pas un cas isolé, ce sont des centaines et des centaines d'animaux qui vivent ça dans l'ombre jusqu'à ce que quelqu'un réagisse", commente-t-elle sur Meta.

Début février, pas moins de 67 cadavres de chats et 38 félins vivants maltraités ont été découverts dans une maison de La Roquette-sur-Siagne. Là encore, c'est un voisin qui avait donné l'alerte.