Tunnel de Tende : après une rallonge budgétaire, les travaux reprennent

Après trois ans d’interruption par intermittence, le chantier du tunnel de Tende a repris. L'entreprise qui conduit les travaux a obtenu une rallonge budgétaire qu’elle demandait à la société italienne en charge du réseau routier.

 
Ce chantier a débuté en 2014 et est financé à 41 % par la France et à 59 % par l'Italie.
Ce chantier a débuté en 2014 et est financé à 41 % par la France et à 59 % par l'Italie. © Loïc Blache/ FTV
La semaine dernière, une réunion a eu entre l’Anas, la société italienne en charge du réseau routier, et Edilmaco, l’entreprise qui a repris le chantier du tunnel de 3.2km. Mais la relation entre les deux parties est tendue.

Edilmaco réclame une rallonge budgétaire de 15 millions d’euros et un nouveau rapport d’expertise, après avoir constaté plusieurs incohérences et erreurs de conception sur le chantier. L'Anas trouve cette demande excessive.

Plane alors la menace d’une rupture de contrat, qui obligerait la France et l’Italie à tout reprendre à zéro et à relancer un appel d’offres international. La promesse d’un nouveau retard colossal sur le chantier du tunnel de Tende, débuté en 2014.
 
Le nouveau tunnel devrait être mis en service en 2021.
Le nouveau tunnel devrait être mis en service en 2021. © Loïc Blache / FTV
 

Un coût total du chantier qui pourrait dépasser les 210 millions d'euros


Après la menace de pénalités si le contrat est rompu, les discussions reprennent et l’Anas prend la décision d’accorder une rallonge budgétaire, dont le montant total n'est pas encore connu, à Edilmaco. Les travaux du tunnel reprennent alors, samedi 15 février.

« C’est une très bonne nouvelle, a réagi Jean-Pierre Vassallo, le maire de Tende. Ce coup-ci, on croise vraiment les doigts pour arriver au bout du tunnel. Ce n’est pas un chantier insurmontable. Sur les 3,2 km du tunnel, la moitié est déjà percée. Les travaux pour remplacer les quatre lacets par deux sont bien entamés. Donc si l’entreprise travaille dans des conditions normales, le chantier devrait avancer rapidement », espère l'élu. 

Actuellement, la circulation dans le tunnel est alternée et les automobilistes doivent parfois attendre plus de 20 minutes. Une situation compliquée pour les travailleurs frontaliers qui empruntent cette route quotidiennement.

Le nouveau tunnel devrait être mis en service en 2021, seront ensuite lancés des travaux pour consolider le tunnel existant. Les deux tunnels devraient être ouverts à la circulation en 2024.
 
Pourquoi la justice italienne avait décidé d'arrêter le chantier ?
Au moment où le scandale éclate, en mai 2017, il ne restait plus qu'un kilomètre et demi à percer à l’entreprise Fincosit pour que le nouveau tunnel permette de relier Tende et toute la vallée de la Roya à l'Italie par la route. La police judiciaire italienne, qui a ordonné l'arrêt des travaux, soupçonnait alors un trafic de matériaux. Selon l'enquête, 200 tonnes de pièces métalliques destinées à la consolidation des galeries auraient été détournées puis revendues illégalement à diverses entreprises italiennes. Résultat, l’édifice se trouvait fragilisé et potentiellement dangereux. Après ce scandale, le consortium Edilmaco reprend le chantier à Fincosit.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux publics économie italie international circulation transports