Vence : Peut-être le même scénario qu'en 2008, avec une nouvelle quadrangulaire

Il y a 6 ans, Christian Iacono est élu maire dans le cadre d'une quadrangulaire. Ayant présenté sa démission au préfet, Il passe le relais à son 1er adjoint : Régis Lebigre. Ce dernier se présente en 2014; sa route vers la mairie est toutefois semée d'embûches et peut-être même, de chausse-trapes.

Par Yves Lebaratoux

Régis Lebigre 2014 : "Un temps d'avance" (UMP) :



Chef d’entreprise à 27 ans, Régis Lebigre, 60 ans, gère un cabinet d’assurances à Vence depuis 32 ans.
Il est entré en politique en 1989 comme conseiller municipal.
Elu Président de la Société d’Économie Mixte de Vence (de 1995 à 2001), 1er Adjoint en charge des finances, puis maire en septembre 2009, Régis Lebigre est également Vice-Président de la Métropole Nice Côte d’Azur et Président du SIVOM du pays Vençois (8 communes).

"S’informer, échanger, proposer", Régis Lebigre prône le dialogue. Il va à la rencontre des Vençois pour présenter "le Programme Vence 2020", "Ensemble, nous avons un temps d’avance".
A l'occasion de ces "confrontations" avec les habitants, il développe les différents thèmes, les grands axes de son programme, du cadre de vie au futur de la commune, en passant par le développement économique et les finances publiques.

1ère priorité : Economie et Emploi :
Ainsi, le maire sortant UMP entend créer une pépinière d'entreprises innovantes baptisée pour le moment "Vence business park". L'idée est d'accompagner des entreprises naissantes évoluant dans les secteurs des sciences de la terre, des énergies renouvelables, de l'informatique, de l'électronique, de la communication…
Ce projet prévoit 500 m2 de bureaux avec parkings, réseau de communication THD (très haut débit), espace de travail ouvert. "Ces bureaux sont prévus en centre-ville. Il n'y aura pas de construction nécessaire", souligne Régis Lebigre.
12 "bébés entreprises" pourraient être accueillis pour des périodes de 12 à 36 mois. Objectif : un développement ultérieur sur place, sachant qu'une entreprise de ce secteur créerait une moyenne de 3,5 emplois à 5 ans.
L'ouverture du pôle est envisagée pour début 2015. Coût de gestion pour la commune : 150 000 euros par an.
Bien sûr, le tourisme et le bâtiment sont des activités à soutenir et à encourager, tout comme le Salon Eco habitat

2ème priorité : Embellissement du quartier Toreille :
►Belvédère panoramique après suppression de l'ancienne Maison des associations et installation d'un chapiteau d'hiver.
►Requalification globale de l'ouest de la ville. Elle passera par la réalisation du secteur Chagall, éco-quartier de 4 à 5 immeubles avec espace commercial de 3000m2 et l'aménagement d'un jardin public à proximité de la Villa Berthe rénovée.

3ème priorité : Patrimoine culturel :
►Rénovation de la Villa Le Rêve et de son jardin
►Rénovation de la cathédrale et de la chapelle du Calvaire
►Réhabilitation de la Villa Alexandrine

En tout état de cause, Régis Lebigre est apprécié dans son camp et il ne manque pas de soutiens. 
Ainsi, pour Charles-Ange Ginésy, député des Alpes-Maritimes, "Régis Lebigre évolue depuis vingt-sept ans sur le terrain de la politique, une expérience qui fait de lui le candidat adéquat". Pour le sénateur Louis Nègre, "Régis Lebigre est un grand seigneur".

Voir le programme de Régis Lebigre

Jacques Dorent (PS) : "Vence Autrement" : Se battre pour la mémoire de Catherine :


© Télé Vence : www.televence.fr
© Télé Vence : www.televence.fr

En avril dernier, lors d’une réunion de fin de mandat, la conseillère municipale d’opposition Catherine Alinat fait savoir qu’elle se représenterait en mars prochain, en tant que tête de liste, prête à affronter un 3ème mandat si les électeurs le lui permettaient. Cette candidature est confirmée en octobre lors d’une distribution de tracts flanqués du slogan "Vence autrement" avec un portrait de la candidate. "Catherine Alinat, une femme de conviction et d'engagement attachée aux valeurs de la gauche, à la justice sociale, la démocratie participative et la solidarité", pouvait-on y lire en préambule.
En décembre dernier, les problèmes de santé s'aggravent. La candidate, dépitée, se sent frustrée de ne pouvoir assumer son rôle de leader. Son équipe s’interroge, ébranlée. Le départ de Jean-Claude Cochat, l’autre conseiller du groupe socialiste, pour une liste concurrente, accentue le malaise.
Après quelques semaines de flottement, la décision est prise : continuer l’action engagée, maintenir une liste socialiste au scrutin de mars, avec à sa tête Jacques Dorent, 79 ans, Vençois depuis 7 ans, membre du Parti socialiste depuis 1974.

Le 7 février dernier, Catherine Alinat décède et laisse un grand vide derrière elle.

Jacques Dorent, créateur, avec le Lions club, du centre d’accueil de jour pour malades Alzheimer à Pantin et ex-directeur du Patrimoine au sein de l’ex-banque d’Indochine devenue lndosuez, maison mère du Crédit foncier de Monaco, aborde de nombreux thèmes durant la campagne : 
Environnement, activités commerciales, logements, jeunesse, anciens, économie participative, création d'un conseil municipal des jeunes, démocratie sociale, construction d'un 2ème collège, création de logements sociaux sans ghettoïsation des quartiers, mais avec mixité sociale, dialogue entre élus et population, dialogue entre associations et élus...

Voir le site de Jacques Dorent

Loic DOMBREVAL (SE) : "Mon Parti, c'est Vence" : Faire encore mieux...



Chef d'entreprise, spécialiste de la santé animale et du marché vétérinaire, diplômé de l’École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort, Loïc Dombreval, 47 ans, conseiller municipal d'opposition, se (re)présente aux élections municipales dans la cité des arts à la tête d'une liste : "Mon parti, c'est Vence". 
Loic Dombreval se définit "comme un homme de dialogue et d’écoute, qui recherche toujours le consensus et l’apaisement et qui n'est pas à la recherche d’aucun pouvoir ni d’aucune distinction".

De sensibilié centriste, Loïc Dombreval part, cette fois, sans étiquette, mais allié à "l’écologiste indépendant" : Patrice Miran.

5 points pour définir sa profession de foi :

►La politique est un engagement, pas un métier.
►La ville doit être unie et vivante, non minée par les clans et les querelles politiciennes; elle doit dialoguer et débattre.
►La ville doit être dynamique, commerçante, créer des emplois; pas une ville dortoir.
► La ville doit être solidaire, œuvrer pour les plus démunis, pour ses jeunes et ses aînés, pas une ville qui laisse des Vençois au bord de la route.
►La ville doit être provençale et écologique, pas une ville de béton.

Loïc Dombreval veut créer sur le territoire "une économie plus diversifiée, génératrice d’emplois, contribuant à diminuer notre impact négatif sur l’environnement et la vie animale, tout en stabilisant la pression fiscale et améliorant le vivre-ensemble".
Son grand projet : "Le Forum de Vence'' : un espace urbain compris entre l'avenue du Colonel Meyère et l'avenue Émile-Hugues; axe routier, piscine couverte, salle de concert, dojo, espace entrepreneurial, parking de 300 places...
Loïc Dombreval et son équipe ne manquent pas d'idées et d'ambitions : 2ème collège, Château de Villeneuve, Nuits du Sud, dossiers de la sécurité, de la vie des quartiers, du PLU...

Lors des dernières municipales, la liste Dombreval avait créé la surprise : 32,17 % des suffrages exprimés, soit la 2ème position. N'est-il pas de coutume de dire que l'appétit vient en mangeant... 

Voir le programme de Loïc Dombreval

Anne Sattonnet : (UDI) : "Pour Vence, Capitale du Moyen Pays" : Peut nourrir de légitimes ambitions :



Déclaration de l'élue vençoise ((Parti Radical Valoisien), conseillère générale des Alpes-Maritimes, lors de l'annonce de sa candidature :
"Élue de notre canton, j’ai la volonté de m’engager pour Vence en tant que Maire. Comme vous, je déplore de voir notre ville se banaliser, son ambiance et son identité changer mois après mois. Expérimentée, Conseillère générale de Vence, je suis à même d’inverser cette tendance. Pour que vivre à Vence reste pour tous, un bonheur et un atout".

Priorités pour l’action municipale :
►Améliorer le quotidien : Simplifier les déplacements, considérer chaque quartier, vivre ensemble en sécurité, s’occuper des jeunes.
►Rendre Vence attractive pour dynamiser l’emploi : valoriser Vence, ville provençale, la rendre attractive, assurer l’économie et l’emploi.
►Améliorer l’efficacité et réduire les impôts locaux : "Je ne conçois pas qu’une collectivité demande toujours plus à ses administrés au fil des années".

De façon plus concrète :
►Amélioration du quotidien : Circulation fluidifiée grâce à une offre de transports en commun accrue et un stationnement facilité.
►Aménagement de la ville : Il doit être réalisé dans le cadre de la spécificité provençale : Quartier Chagall à revoir, réhabilitation de la vieille ville hors remparts, création de 6 jardins publics, mise en lumière du patrimoine, jardin provençal sur les restanques Passeron…), véritable politique de quartiers. 
►Famille et éducation avec un élu délégué à la famille et à l'éducation; nouveaux temps périscolaires utilisés pour la transmission de la culture provençale et pour l'instruction civique.
►2ème collège : A réaliser au plus vite.
►Vence, commune provençale à taille humaine. «Je corrigerai et revisiterai totalement l'opération considérable au quartier de la gare qui prévoit 900 habitants et 3.000 m2 de commerces".
►Travaux à engager au quartier Prat de Julian pour enrayer les glissements de terrain. 

La liste présentée par Anne Sattonnet est "composée de Vençois de souche et de Vençois de cœur, avec pour objectif l'amélioration de la qualité de vie au quotidien, une plus grande attractivité de la cité et une meilleure efficacité dans le fonctionnement de la commune, notamment pour réduire l'imposition".

Elle est constituée de (10 1ers de la liste) : Anne Sattonnet, 53 ans, juriste ; Jacques Vallée, 67 ans, président association culturelle, Marie-Pierre Allard, 49 ans, cadre ; Simon Pégurier, 41 ans, éducateur spécialisé; Muriel Lecomte, 65 ans, commerçante retraitée ; Patrick Scalzo, 45 ans, ingénieur centralien ; Karine Bonhomme, 45 ans, rédacteur principal dans la fonction publique ; Dominique Romeo, 37 ans, avocat ; Christine Faity-Esclangon, 45 ans, mère de famille ; François Ocelli, 55 ans, employé administratif... 

Anne Sattonnet, jugée inéligible lors des dernières législatives (2ème circonscription des Alpes-Maritimes) sur décision du tribunal administratif de Nice, a incontestablement de l'ambition. Elle peut obtenir un score lui permettant d'accéder au second tour. Et là, tous les espoirs sont permis...

A noter que Christian Iacono, débarrassé de ses ennuis judiciaires, entend participer, à sa façon, à ces élections. Non pas sur le devant de la scène, lui qui a occupé le fauteuil de maire, avant de se retirer, en 2009, devant son 1er adjoint, mais dans l'ombre, au profit... d'Anne Sattonnet.
Son choix ne se porte donc pas sur Régis Lebigre. Les raisons : un glissement vers l'UMP, au détriment du centre et un programme non respecté.
Christian Iacono soutient "une candidate qui souhaite, pour la première fois,devenir maire".

Voir le programme d'Anne Sattonnet

Jean-Pierre Daugreilh (FN) : Rassemblement Bleu Marine Vence : Un rôle à jouer :


Après avoir étudié en lycée professionnel, Jean-Pierre Daugreilh a intégré la Marine nationale. Il est devenu entrepreneur dans le bâtiment. Des études de droit l'ont ensuite amené à devenir conciliateur de justice. Il est actuellement consultant.

Édito de Jean-Pierre Daugreilh :
"Je suis candidat Front National/Rassemblement Bleu Marine dans notre ville. Mon objectif global est de transformer, avec mon équipe, votre légitime colère en espoir et en force de proposition et de rénovation, sur la base des idées de justice sociale, de décrue fiscale, de tolérance zéro pour la délinquance, de protection et de patriotisme économiques et de défense de notre identité, idées incarnées au plan national par Marine Le Pen.
Après plus de 30 années d'échecs successifs de l'UMPS, tant au gouvernement que dans les collectivités locales, il est plus que temps de faire entendre une autre voix, d’emprunter une autre voie, celles du bon sens et celle de l'intérêt général.
Si je suis candidat aux élections municipales de mars 2014, c’est pour être un maire combatif pour notre ville et mettre fin à toutes les dérives : pression fiscale insupportable, endettement excessif, insécurité généralisée, urbanisme anarchique et incontrôlé, investissements culturels et sportifs oubliés …
Nous utiliserons au mieux les dotations publiques prévues par la loi et nous ferons entendre la voix de Vence auprès des acteurs économiques et culturels locaux ainsi que dans les structures d'intercommunalité et du département
".

Quelques voeux pour Vence du candidat :
►Maîtriser l'urbanisme et les finances en renforçant la notion de capitale du moyen et haut pays largement entravé par un découpage administratif éloignant Vence de la métropole.
►Favoriser le développement économique, culturel et régional de la cité dans le respect de l'environnement.
►Recréer des liens entre les générations.
►Vivre mieux à Vence.
►Création d'une mutuelle communale, car "beaucoup renoncent aux soins, faute de complémentaire santé"

Propositions d'ordre local qui n'excluent pas d'évoquer des thèmes nationaux et d'égratigner "l'Etat UMPS".

Voir le programme de Jean-Pierre Daugreilh

Philippe Perret : "Vence Avenir" : "Monsieur 100% Vence, 100% sans étiquette":




Candidat aux élections municipales en 2008 (élu conseiller municipal dans l'opposition), Philippe Perret repart "par amour de la ville".
Comme il y a 6 ans, il s'engage sans étiquette, avec un slogan "100 % Vence" et la volonté de faire de Vence "une ville qui ose et qui agit".
"Vence possède des atouts remarquables et insuffisamment mis en valeur », énonce le candidat qui décline trois de ses futurs engagements pour Vence".
Philippe Perret veut "rendre la ville encore plus belle et agréable. Plus dynamique et résolument tournée vers l'avenir".

3 engagements : 
►Dans les quartiers "oubliés par la municipalité" selon lui, nomination d'"un référent sécurité" et "création "d'un conseil de quartier pour recenser les besoins, en espaces verts, terrains de sport, etc."
Création d'une salle de spectacles pour "répondre à tous les besoins, culturels et associatifs", non comparable au projet de pôle culturel de la municipalité. 
Pas d'augmentation des taux d'imposition sur toute la durée du mandat. 

Philippe Perret entend mener une campagne moderne, dynamique et participative, "labourer" le terrain, quartier par quartier, pour appréhender au plus près les besoins et les attentes des Vençois(es).
Il se veut aussi homme de son temps qui s'inscrit dans la modernité. Il mise sur internet et les réseaux sociaux. Sur son site, il propose une sorte de boîte à idées.

Philippe Perret présente une liste intergénérationnelle (19 à 83 ans) avec des candidats venus de différents horizons (monde associatif, société civile, vie de la cité) : Exemples : Valérie Carboni, déléguée de la fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), Philippe Guffanti : assistant administratif en entreprise, Rossana Bellucci : aide-soignante, Philippe Harmand, artisan ou encore Jean-Pierre Lemesle, retraité.

Voir le site de Philippe Perret

Jean-Louis Fiori : (FDG) : "Vence Citoyenne et Ecologiste" :




5 bonnes raisons de voter, selon Jean-Louis Fiori, pour la liste "Vence Citoyenne et Ecologiste", soutenue par le Front de Gauche :

►"Entrer au Conseil municipal pour se faire entendre, avec des élus véritablement de gauche, motivés, constructifs et efficaces. Etre à l’écoute des Vençois quelles que soient leurs opinions et défendre l’intérêt général contre le favoritisme et le clientélisme. 
►Lancer un avertissement à ceux qui seraient encore tentés de perpétuer une gestion locale favorable aux seuls intérêts de quelques-uns, et en finir avec des dynasties de notables.
►Exprimer au gouvernement Socialiste-Verts (EELV) votre déception, votre désaveu de l’abandon d’une politique de gauche et exiger un changement de cap immédiat.
►Grâce à votre vote, faire passer la barre des 10% obligatoires pour être présents au second tour et avoir des élus.
►Remettre l’humain et l’environnement au cœur des décisions et des projets de Vence".

Une liste ouverte :

La liste "Vence Citoyenne et Ecologiste" rassemble "des personnes sincèrement de gauche". "Elle est ouverte à la société civile de défense du patrimoine, de l’environnement, d’aménagements et de réalisations d’équipement publics s’appuyant sur la nécessité d’accès au logement et à la santé pour tous, à un service public de l’eau, tout en freinant l’urbanisation anarchique et spéculative et les dépense de prestige".

Le candidat soutenu par le Front de gauche renvoie dos à dos des candidats de droite qui se différencient, selon lui, par de simples "rivalités et ambitions personnelles". Et il pointe du doigt les problèmes de la cité : "retard énorme dans l’accès au logement pour tous, stationnement impossible ou cher, petit commerce en danger, absence d’une salle des fêtes et des spectacles, gestion des ordures ménagères par le métropole pouvant être critiquée, sens unique sur Marcellin-Maurel… ".

Jean-Louis Fiori est habitué à mener de rudes combats, notamment au plan syndical, en sa qualité de facteur. Il sait pertinemment qu'il n'occupera pas le fauteuil de maire, mais il se bat avec ses armes et ses idées!

Voir le programme de Jean-Louis Fiori

Les enjeux du scrutin :

A Vence (20000 habitants environ), lors des dernières municipales, l'abstention représentait 36,11%, soit plus que la moyenne du pays. 
L'examen du corps électoral montre que les plus de 60 ans représentent 28,3% de la population.
Le développement économique constitue évidemment un enjeu incontournable du scrutin. 
Certitude : la gauche ne peut pas conquérir la mairie; elle est condamnée à jouer les seconds rôles et à assister à "l'empoignade' entre candidats de sensibilité centriste et de droite. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le rôle que pourrait jouer le candidat du Rassemblement Bleu Marine.
Dans un tel contexte, il ne serait pas surprenant de retrouver 4 protagonistes au 2ème tour. Après, les jeux sont ouverts....


A VOIR 2 REPORTAGES CI-DESSOUS :


Comment les habitants ressentent-ils la sécurité dans cette commune de moyenne montagne?

Apparemment, rares sont les citoyens qui éprouvent vraiment un sentiment d'insécurité dans leur vie quotidienne. Il faut dire que les forces de l'ordre sont présentes et actives sur le terrain, ce qui a contribué à la baisse progressive de la délinquance ces dernières années.

Vence et sécurité
Reportage : Marc Brucker, Laurence Collet, Alexandre Taba

Le stationnement : Objet d'un grand débat :

La ville et la société d'économie mixte qui gère les parkings ont développé un panel d'offres de stationnement pour améliorer le trafic, mais nombreux sont les habitants qui aimeraient bénéficier d'un coût de stationnement allégé, voire tout simplement de la gratuité.

Vence et stationnement
Reportage : Marc Brucker, Laurence Collet, Alexandre Taba

 

Résultats 1er tour élections municipales 2008 :

 / ©
/ ©


Résultats 2ème tour élections municipales 2008 :

 / ©
/ ©

Rappel :

Au mois d'août 2009, la démission de Christian Iacono est validée par le préfet. Il convient donc d'élire un nouveau maire. Début septembre, Régis Lebigre, 1er adjoint et maire par intérim depuis 4 mois, est désigné par ses colistiers pour prendre la succession de Christian Iacono. Agé de 54 ans, marié et père de deux filles de 30 et 25 ans, il gère un cabinet d'assurances.

 

"Carte postale" de Vence

 

France 3 Côte d'Azur à Vence vendredi 7 mars

Après Saint-Raphaël et Carros, France 3 Côte d'Azur délocalise ces journaux à Vence vendredi pour parler de l'élection municipale. Tous les candidats seront invités à s'exprimer face à notre journaliste Jean-Bernard Vitiello. Nous proposerons également plusieurs reportages tournés sur la ville.
Le 14 mars, nous serons à Cannes puis le 21 à Nice.

Sur le même sujet

Les + Lus