L'AS Monaco remporte son 1er match de la saison face à Toulouse

Radamel Falcao, le capitaine de l'AS Monaco, après avoir marqué contre Toulouse, le 4 août 2017 / © VALERY HACHE / AFP
Radamel Falcao, le capitaine de l'AS Monaco, après avoir marqué contre Toulouse, le 4 août 2017 / © VALERY HACHE / AFP

Monaco a bien débuté en battant Toulouse 3-2 après avoir été mené à deux reprises en ouverture de la saison 2017-2018 de Ligue 1, vendredi 4 août, au stade Louis-II devant plus de 13.000 spectateurs, grâce notamment à un but de son capitaine Falcao.

Par AFP



L'an dernier, c'était flamboyant. Cette saison, c'est à l'arraché. Mais le constat demeure: Monaco gagne. Face à Toulouse, le champion de France a remporté sa 13e victoire consécutive en L1 et ajoute une unité à son nombre de matches de L1 sans défaite, qui passe désormais à 21. Comme un petit rappel au Paris SG et à Neymar...

Pourtant, Leonardo Jardim appréhendait ce premier match de la saison à domicile. D'abord, parce que ses joueurs ont désormais un nouveau statut. Mais aussi parce que depuis qu'il est entraîneur de Monaco, jamais son équipe n'a remporté son premier match de championnat au Louis-II.

"Je crois que durant dix minutes, Monaco n'est pas entré très bien dans le match. On a donné de l'espace à l'adversaire. Il n'y avait pas d'agressivité offensive", a d'ailleurs reconnu Jardim.



Premier but pour Machach

Aussi, dans la volonté d'en changer le moins possible par rapport à la saison dernière, il ne titularisait aucune recrue, excepté Rony Lopes, de retour de prêt de Lille, et déjà au fait du contexte monégasque. Si Mbappé manquait de spontanéité sur sa première tentative (5), ce n'était pas le cas du Toulousain Machach. A la suite d'un corner de Jean, Delort, seul au deuxième poteau servait l'ex-Marseillais de la poitrine. D'une magistrale volée en pivot, Machach inscrivait le premier but de la saison (0-1, 7).

Sonnés, les hommes de Jardim prenaient leur temps pour revenir dans la rencontre. Lemar était trop court (13). Lafont intervenait avec brio sur une tentative de Mbappé, servi idéalement à l'intérieur par Lopes (14). Enfin, Monaco commençait à pousser fort: frappe de Lopes à côté (18), contre de Falcao contré au dernier moment avant de servir Mbappé (20), slalom de ce dernier mal terminé (21).

L'égalisation arrivait sur un corner de Moutinho. Jemerson, très en forme, devançait Delort et Yago pour placer un coup de tête imparable (1-1, 28). Les Monégasques poursuivaient leur pression jusqu'à la pause. Sans succès, malgré une belle action Moutinho-Lopes terminée par un arrêt de Lafont (33).

La seconde période ne reprenait pas sur les mêmes bases. Sous une chaleur toujours aussi étouffante, les Monégasques, à l'image de la perte de balle de Sidibé devant Durmaz, manquaient de concentration. Dès lors, le Suédois parvenait à servir Delort.
A l'entrée de la surface, ce dernier déclenchait une frappe victorieuse à ras-de-terre au premier poteau (1-2, 52).

 

Réaction de Djibril Sidibé, défenseur de l'AS Monaco
Réaction de Djibril Sidibé après la victoire de l'AS Monaco face à Toulouse, le 4 août 2017 - France 3 Côte d




Mbappé touché

Jardim décidait alors de décaler Mbappé, peu en vue à la pointe de l'attaque, dans le couloir gauche, de passer Lemar à droite, de sortir Lopes et de faire rentrer Carrillo en pointe avec Falcao (54). Cette nouvelle disposition donna plus de vitesse sur les côtés, plus de puissance dans l'axe. Illustration: Mbappé effectuait un bon travail sur la gauche, décalait Jorge qui centrait. Falcao devançait Moubandje et égalisait de la tête (2-2, 58).

Comme en première mi-temps, Monaco allait ensuite maîtriser complètement la rencontre. Mais il fallait un coup de pied arrêté pour décanter la situation. Après une faute plein axe sur Fabinho, Moutinho exécutait la sanction. Glik effleurait à peine le ballon pour donner la victoire aux siens (3-2, 70). 
Mbappé, touché au genou droit, pouvait alors sortir (74), Monaco ouvrait sa saison de façon victorieuse. Et aurait même pu l'emporter plus largement si Lafont n'avait pas réaliser un arrêt exceptionnel devait Carrillo en toute fin de match (90+2).

Sur le même sujet

Du vrac vers les zéro déchets

Près de chez vous

Les + Lus