53 cadavres de Puffins yelkouans, espèce protégée, découverts sur une plage de Camargue

Macabre découverte sur la plage Napoléon (Port-Saint-Louis-du-Rhône, 13) / © Tatiana Fuentes-Rodriguez
Macabre découverte sur la plage Napoléon (Port-Saint-Louis-du-Rhône, 13) / © Tatiana Fuentes-Rodriguez

53 cadavres de Puffins yelkouans ont été découverts sur une plage du parc naturel de Camargue le 4 mai. Ces oiseaux marins protégés et menacés ont été piégés accidentellement dans les filets d'un pêcheur. 

Par Louise Beliaeff

Macabre découverte samedi 4 mai sur la plage Napoléon, à Port-Saint-Louis-du-Rhône dans le parc naturel régional de Camargue. 53 cadavres de Puffins yelkouans gisent sur le sable. 

Ces oiseaux marins protégés, étalés sur une zone d'environ 800 mètres, "semblaient avoir été déposés par la mer quelques jours auparavant", indiquent les aires marines protégées de Camargue dans un post Facebook.
© Tatiana Fuentes-Rodriguez
© Tatiana Fuentes-Rodriguez

Pris au piège dans un filet de pêche

"Aucune trace ne laissait supposer de la cause de la mort". Les cadavres de certains oiseaux ont donc été transmis aux services de l'Office français de la biodiversité et de la Tour du Valat pour analyses. 

L'explication est tombée mercredi matin. "Il s'agit d'une capture accidentelle avec un filet de petits métiers, par un pêcheur de Port-Saint-Louis", révèle Sylvain Ceyte, garde-gestinnaire des espaces naturels de Camargue.

Les circonstances de la capture accidentelle sont "difficiles à vérifier". Il est possible que les Puffins aient été capturés au moment d'aller chercher sous l'eau le poisson déjà dans les filets du pêcheur. Ces oiseaux pélagiques peuvent en effet aller jusqu'à 40 mètres de profondeur pour chercher leur nourriture.

Une population en danger

Si ce type d'accident n'est pas rare, le nombre d'oiseaux capturés est particulièrement impressionnant et dommageable pour cette espèce inscrite à la liste rouge de la faune menacée de France, endémique du bassin méditerranéen, et dont la population mondiale est estimée entre 10 et 13.000 couples.
Selon Sylvain Ceyte, "il y aura forcément un impact sur la reproduction". Sur les cadavres retrouvés, certains Puffins présentaient des plaques incubatrices : une zone de peau à nu pour permettre la couvée des œufs. Les oiseaux étaient en pleine période de reproduction. 

Aucune poursuite n'est envisagée : "Il n'y a aucune intentionnalité. Le pêcheur pratiquait son métier normalement, il n'a pas commis d'infraction ni d'entorse à la règle".

Un type d'accident fréquent 

La capture accidentelle est souvent observée avec les tortues marines. Pour les Puffins yelkouans, il n'y a que "très peu de données".

"Cela arrive plus souvent sur d'autres espèces l'hiver, comme les guillemots ou les plongeons arctiques, qui hibernent dans le golfe de Beauduc", décrit Sylvain Ceyte.

Les Puffins yalkouans viennent habituellement se nourrir dans le golfe de Beauduc et au large de la Camargue, mais les colonies se trouvent sur les îles du Frioul, du Levant, à Port-Cros. 

Sur la côte Atlantique, des équipes travaillent actuellement pour limiter sur ce type d'accidents et développent des protocoles pour assurer la protection des animaux.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus