Aix-en-Provence : vaccination à l'acte, la sécurité sociale siffle la fin de la pratique partout en France

Des dérives de la part de médecins libéraux intervenant dans les vaccinodromes ont été révélées notamment au gymnase du Val de l'Arc à Aix-en-Provence. Sans faire le lien avec l'affaire, l'Assurance Maladie met un terme à la rémunération à l'acte à compter de ce 15 avril.

Des dérives ont été rélévés au centre de vaccination du Val de l'Arc ouvert depuis le 18 janvier à Aix-en-Provence.
Des dérives ont été rélévés au centre de vaccination du Val de l'Arc ouvert depuis le 18 janvier à Aix-en-Provence. © TOMASELLI Antoine/MaxPPP

Plus de grasses rémunérations pour vacciner à l'acte dans les vaccinodromes. Le forfait pour tous. À compter de ce 15 avril, les médecins libéraux qui interviennent dans les centres de vaccination seront tous logés à la même enseigne.

Dans un communiqué, l'Assurance Maladie explique qu'elle "souhaite simplifier les modalités de rémunération et la facturation" alors que nous révélions de graves dysfonctionnements dans certains centres des Bouches-du-Rhône, où de nombreux médecins se font payer à l'acte. 

Ces dérives ont été constatées au centre de vaccination du Val de l'Arc d'Aix-en-Provence. Dans le centre aixois ouvert depuis le 18 janvier, près de 30.000 vaccinations ont été effectuées.

Plusieurs vacations d'affilée

Un médecin sur deux se faisait rémunérer à l'acte selon nos informations. Certains se portaient volontaires pour réaliser plusieurs vacations d'affilée sur une journée ou sur plusieurs jours. 

Dans ce vaccinodrome, la mécanique est désormais bien huilée. Chaque médecin voit en moyenne 60 personnes par vacation de 4 heures. Le médecin opère en binôme avec une infirmière qui vaccine. Lui assure la consultation pré-vaccinale. Tout le reste est pris en charge par la structure mise en place par la mairie : prise des rendez-vous, accueil, approvisionnement des vaccins, surveillance post-vaccinale...

À ce ryhme, le médecin percevait en moyenne 1.800 euros par vacation en semaine et 3.000 euros le week-end. Le dimanche 21 mars, un praticien a ainsi pu enchaîner trois vacations de 8h à 20h. Soit une journée de travail à 9.000 euros.

420 à 460 euros par vacation 

Dimanche prochain, ce ne sera plus possible sur les autres lignes qui auraient dû être occupées par des médecins rémunérés à l'acte. Dans les box du vaccinodrome aixois, il n'y aura plus que des médecins payés au forfait. 420 euros par vacation en semaine, 460 euros les samedis après-midi, dimanches et jours fériés.

Chaque jour, les autorités répètent qu'il faut accélérer la vaccination pour avoir une chance de gagner la guerre contre la Covid et les nouveaux variants. Le gouvernement a élargi le public au plus de 55 ans pour maintenir le cap de 20 millions de personnes vaccinées à la mi-mai.

Pour atteindre l'objectif, il faudra des vaccins, mais aussi des médecins. Le renfort des praticiens de ville dans les centres de vaccinations est plus que jamais essentiel. Espérons qu'après le coup d'arrêt à la rémunération à l'acte, ils soient toujours aussi nombreux à se porter volontaires pour mener la bataille. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société polémique