Aix-en-Provence : les “Crapauds fous” créent leur première cohorte

Lorsque la technologie appartient à tous / © Photo Ali Martiniky/France3 Provence
Lorsque la technologie appartient à tous / © Photo Ali Martiniky/France3 Provence

Lancé dans notre région il y a plus d'un an, le mouvement des Crapauds fous vient d'initier sa première cohorte à Aix-en-Provence. De nombreux projets sont nés de ce rassemblement, indiquant de nouvelles voies et d'autres approches pour faire face aux changements rapides de notre monde.

Par Ghislaine Milliet

Le "Crapaud fou", c'est celui qui fait un pas de côté et se différencie des autres. Face aux changements rapides de ce monde, les crapauds fous entendent bien apporter des solutions nouvelles, en empruntant des voies inédites, en innovant.
Thanh Nghiem est ingénieur et "pollinisatrice d'idées". Elle est co-fondatrice des Crapauds fous avec Cédric Villani, médaille Fields de mathématiques (l'équivalent du prix nobel). Mais celui-ci a quitté le mouvement très tôt pour s'engager en politique. Depuis, Thanh poursuit la quête de ces hommes et femmes capables de faire un pas de côté, et de proposer une autre manière de voir le monde. 

La première cohorte de France


Une cohorte, c'est une réunion d'individus riches dans leur domaine. Thanh Nghiem s'est rendue à Aix-en-Provence cette semaine pour lancer la première cohorte de "Crapauds fous" de France. 
Le Carrefour de l'Innovation, la place totem de la French Tech d'Aix-en-Provence accueillait cette initiative. Sur place un hackathon était organisé par le Laboratoire d'Aixpérimentation et de Bidouille sur le thème de la ville connectée. Les participants, geeks ou simples bidouilleurs, ont pu s'amuser à fabriquer ensemble par exemple une station météo.
L'un des responsables de ce Fab Lab, Guy Sinnig, est désormais le représentant de la cohorte aixoise.
Un hackathon, c'est un groupe qui se réunit pour faire de la programmation informatique collaborative. Une approche qui correspond exactement à celle du mouvement des crapauds fous : partager les connaissances avec le plus grand nombre, mélanger les âges, les milieux sociaux et économiques, oeuvrer pour un développement durable, accéder aux nouvelles technologies en les maîtrisant. 
Durant deux journées, plusieurs intervenants, sous forme de conférences, ont pu présenter de nouvelles approches sociétales.
La Région a présenté la mise à disposition au grand public de toutes ses données, sous le terme de Data sud.
Un représentant de l'Economie bleue, initiée par Gunter Pauli,  a annoncé une révolution dans le monde de la Wifi : ainsi se prépare la Lifi, sans ondes, qui pourra être transmise par le canal de la lumière.
Et puis est intervenu David Li, un "ovni humain", arrivé tout droit de Shenzhen où il anime un Fab Lab. Dans cette ville chinoise, il explique que

la rue a trouvé toute seule ses propres moyens. Elle est plus forte que les laboratoires et les grandes compagnies.

On apprend ainsi qu'il est facile de fabriquer soi-même des téléphones portables, ou des drônes... Et même des voitures électriques. Au Fab Lab de David Li, les procédés de fabrication sont mis en ligne gratuitement, à disposition du tout public... Il est le pionnier de l'open-source en Asie.
Alors évidemment, la cohorte des crapauds fous a eu une belle idée : envoyer là-bas des jeunes scolaires de la région, en apprentissage ou en bac pro, pour se former à la fabrication de ces voitures écologiques... Et revenir avec cette connaissance... Cela bouscule toutes les habitudes, tous les codes... C'est le principe des Crapauds fous... Innover, en partageant, en mixant des populations différentes, dans un souci de développement durable...

Sur le même sujet

Les + Lus