Covid : les restaurants à Aix-en-Provence et Marseille reprennent du service ce lundi, les bars restent fermés

Les professionnels de la restauration ont annoncé la nouvelle dimanche soir. A Aix-en-Provence et Marseille, ils peuvent reprendre le service dès ce lundi midi, avec un protocole sanitaire renforcé pour lutter contre l'épidémie du Covid-19. Les bars et les salles de sport restent fermés. 

Les clients sont retour dans les restaurants de Marseille ce lundi.
Les clients sont retour dans les restaurants de Marseille ce lundi. © Alban Poitevin /FTV
A l'issue de la réunion, dimanche soir, entre le préfet de région, Christophe Mirmand et les professionnels de la restauration, Bernard Marty, président de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) a annoncé que les restaurants à Aix-en-Provence et Marsseille pouvaient reprendre du service dès ce lundi midi.

Une réouverture soumise à un protocole sanitaire renforcé, détaillé par le préfet :

Le paiement à table doi être privilégié et les clients seront "incités" à réserver pour éviter les attroupements aux abords des restaurants.

Des différences entre les territoires qui ne passent pas

"C'est un soulagement, je ne dirais pas "heureux" car depuis hier soir c'est la course, a réagi Frédéric Jeanjean, patron de la Brasserie des Templiers à Marseille, il a fallu appeler les fournisseurs, appeler les personnels, c'est une course contre la montre".

"Heureux, on le sert quand l'ensemble des professionnels, cafetiers, hôteliers, restaurateurs, et les discothèques seront en situation de travailler", ajoute-t-il.

Il y a quand même une mesure qui est incompréhensible, c'est que les cafetiers et les bars restent fermés.

Frédéric Jeanjean (restaurateur)

"Il faudra nous expliquer pourquoi quand on s'assoit pour prendre une entrecôte, on se contamine moins que quand on s'assoit pour boire un café", interroge Frédéric Jeanjean.

Pour lui, avec ses décisions, le gouvernement "pousse les gens à bout en faisant des différences entre les territoires".

"On voit que partout en France, on a franchi allègrement tous les seuils d'alerte et qu'il n'y a que les Bouches-du-Rhône qui ont subi ces mesures qu'on peut ressentir comme injustes, on peut se poser quand même des questions".

Le restaurateur déplore ces 10 jours de perdus. Il a le sentiment de payer les frais d'un règlement de compte entre le ministre de la Santé et le professeur Raoult de l'IHU Méditerranée.

"Si Monsieur Véran avait accepté de discuter avec nous.... Ce n'est pas de notre faute si on est Marseillais, et si le professeur Raoult est à Marseille", lâche-t-il.  

Il accepte toutes ces mesures, et il est prêt à s'adapter. Frédéric Jeanjean a déjà d'ailleurs à disposition un cahier de rappel pour pouvoir contacter les clients en cas de besoin.
Le cahier de rappel qui permet de recontacter les clients du restaurant si besoin.
Le cahier de rappel qui permet de recontacter les clients du restaurant si besoin. © Jean Poustis/FTV
Grâce ce "tracing", les clients pourront être prévenus par l'Assurance maladie en cas de détection d'un cas de Covid-19 chez un consommateur venu dans l'établissement.

En acceptant cette réouverture, le gouvernement a suivi l'avis du Haut Conseil de Santé Publique, qui a validé dimanche le protocole sanitaire renforcé proposé par les professionnels du secteur.

Cela permet aux restaurateurs parisiens de rester ouverts même si l'Ile-de-France est désormais classée "zone d'alerte maximale" comme Marseille le 23 septembre. C'est le sentiment exprimé sur Twitter par la maire de Marseille, Michèle Rubirola.

Toujours en zone d'alerte maximale

Les derniers chiffres de l'ARS PACA datés de vendredi se rapportent à la semaine de 21 au 27 septembre. Ils placent toujours Aix-Marseille en zone d'alerte maximale selon les trois indicateurs retenus : L'ARS précise que les clusters en PACA sont plus faibles que la semaine précédentes mais restent élevés. Il s'agit principalement de cluster en milieu professionnel, en EHPAD, et en milieu scolaire et universitaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie crise économique emploi