Bouches-du-Rhône : plus que 17 communes sur 27 sont en consignes sanitaires strictes

Après avoir diffusé lundi la liste de 27 communes au taux d'incidence supérieur à 100/100000, le préfet ne considère plus que 17 communes des Bouches-du-Rhône à devoir suivre les règles strictes pour lutter contre le coronavirus.
A Marseille, des masques distribués gratuitement par la mairie
A Marseille, des masques distribués gratuitement par la mairie © ABBAS MOMANI / AFP
Certains maires doivent être bien contents. Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de sortir leurs communes de la liste des 27 concernées par un taux d'incidence d'au moins 100 pour 100000 personnes.

Lundi, le préfet avait annoncé devant les médias, des mesures plus strictes pour empêcher la circulation active du coronavirus dans le département. Il s'agissait notamment du port du masque obligatoire dans la rue de 6h à 2 heures du matin dans tous les lieux publics.
Au lendemain de cette annonce, plusieurs maires dont ceux de Mimet, Fuveau et Port Saint-Louis du Rhône manifestaient leur colère et leur déception d'avoir appris cette annonce... par voie de presse.
Ils disaient ne pas avoir réussi à joindre l'Agence régionale de santé (ARS) et dénonçaient un manque de concertation difficile à expliquer à leurs "populations angoissées".

Hier mardi, l' ARS signalait à notre rédaction qui l'avait sollicitée, qu'elle allait "écrire conjointement aux maires concernés pour les informer de la situation. La liste des communes concernées sera revue chaque semaine", précisait le communiqué.

Dès le lendemain, ce mercredi 16 septembre, dix communes ont déjà disparu de la liste dans l'arrêté pris par le préfet. Il s'agit des villes suivantes : Aix-en-Provence, Allauch, Aubagne, Auriol, Berre l'Etang, Châteauneuf-les-Martigues, La Ciotat, Gardanne, les Pennes-Mirabeau, Marignane, Marseille, Plan-de-Cuques, Port-de-Bouc, Rognac, Saint-Martin-de-Crau, Septèmes-les-Vallons, Tarascon.

Dans les autres communes du département, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics les plus fréquentés (marchés, commerces, établissements scolaires, les zones d'attente des transports en commun).

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société