Cet article date de plus de 3 ans

Cassis : polémique autour d'une vue mer

A Cassis, des locataires de villas sont très inquiets. Leur vue mer est compromise par la construction de logements sociaux. Le préjudice visuel est considérable. De son côté, la mairie explique qu'elle n'a pas vraiment le choix. Elle doit se mettre en conformité avec la loi.

Entre deux immeubles, il reste un petit carré de mer
Entre deux immeubles, il reste un petit carré de mer © France 3
Lorsqu'on a la chance d'avoir devant sa fenêtre l'une des plus belles vues de Provence et qu'elle est grignotée par le béton, forcément, on se fâche. C'est le cas pour 7 maisons, louées à Cassis. La Méditerranée et le Cap-d'Ail sont en partie cachés par de nouvelles constructions. Des logements sociaux qui empiètent considérablement sur la merveilleuse vue. Les locataires déboursent quand même 1500€ par mois et se sont unis pour mieux se défendre.

"Un bateau passe", il faut le dire très vite, sinon, il est déjà passé.
"Un bateau passe", il faut le dire très vite, sinon, il est déjà passé. © France 3
Oui mais voilà, l'architecte ne pouvait construire d'habitations plus basses, ou alors, il aurait fait vivre les habitants au sous-sol. La maire de Cassis, elle, ne compte que 10% de logements sociaux dans sa ville, au lieu des 25% imposés par la loi. Danielle Millon a une idée à proposer au bailleur et aux locataires : baisser les loyers, (à condition que les locataires se conduisent correctement.) Le vendredi 2 juin, une réunion est prévue entre tous les protagonistes. 

durée de la vidéo: 02 min 03
Vue mer et logements sociaux

Intervenants du reportage : 
- René, locataire du lotissement des villas des Brayes
- René Scolardi, porte-parole des locataires des villas des Brayes
- François Averous, architecte du projet
- Danielle Milon, maire LR de Cassis

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société social économie