Gardanne : des centaines de personnes manifestent contre la centrale biomasse

Plusieurs centaines de manifestants à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône contre la centrale biomasse / © Photo Frédéric Renard
Plusieurs centaines de manifestants à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône contre la centrale biomasse / © Photo Frédéric Renard

Ce dimanche 5 février à Gardanne, plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées pour dire stop à ce qu'ils appellent la "biomascarade". Ils s'opposent à la transformation de l'unité 4 de la centrale à charbon en centrale biomasse. 

Par Marc Civallero

Les opposants à la centrale biomasse se sont regoupés sur le marché de Gardanne dès 10h, ce dimanche matin. Plusieurs associations de défense de l'environnement se sont joints au cortège, ainsi que des manifestants venus des Bouches-du-Rhône, des Hautes-Alpes, du Verdon, du Luberon, des Cévennes.

Les manifestants entendent dénoncer la déforestation massive, la destruction du patrimoine forestier régional et national ainsi qu'une pollution en forte hausse, ils déclarent dans un communiqué " contrairement aux idées reçues, brûler de la biomasse pollue gravement, oxyde d'azote, monoxyde de carbone pour aider au brûlage du bois et CO2 sont rejetées en grande quantité dans l'air"

Les représentants du parc naturel régional du luberon et de la communauté de commune de Forcalquier-Montagne de Lure, présents à la manifestation, estiment eux que ce projet de Biomasse " a été imposé sans aucune concertation locale ...remet en cause la gestion durable des forêts...menaces les filières courtes en bois-énergie"
La centrale de Gardanne / © Photo Maxppp
La centrale de Gardanne / © Photo Maxppp

Deux cent cinquante millions d'euros ont été investis par le groupe énergétique allemand EON pour transformer l'unité 4 de la centrale à charbon de Gardanne en centrale biomasse. Sa filiale, Uniper, indépendante depuis janvier, a pris la suite. Le projet prévoit de brûler 855.000 tonnes de bois par an pour une puissance de 150 MW. La municipalité (PCF) de Gardanne et la section CGT de la centrale ont soutenu le projet, et continuent de le faire, au nom de la défense des emplois.



Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus