Insolite. Déco kitch, porte-bonheur et objets cultes, les décorations à l'effigie de la Vierge Marie ont la côte

Publié le
Écrit par Marie Joan .

Sous le regard de la Bonne Mère, à Marseille, le commerce des objets à l'effigie de la Vierge Marie est florissant. Et pas seulement auprès des croyants. La tendance n'est pas nouvelle mais elle s'est renforcée ces dernières années, nous avons voulu savoir pourquoi.

Une statuette rose d'une Vierge à l'Enfant se dresse au milieu des sacs siglés de marques et des foulards aux imprimés colorés d'une grande enseigne du Rond-Point du Prado, à Marseille. 

Bien que ce 8 septembre célèbre la nativité de la vierge Marie, les statuettes n'ont pas été disposées dans le magasin pour cette occasion. Les décorations religieuses sont en fait très tendance depuis un peu plus de deux ans.

Et notamment à Marseille, ville de la Bonne Mère où plusieurs commerces et créateurs en proposent. 

C'est d'ailleurs grâce à la Bonne Mère, qu' Alexandra Cefai a décidé de créer sa propre marque de décoration en 2018. Un mélange de bondieuseries kitsch et un petit côté rock décalé. Le nom résume toute l'histoire du concept : "J'ai vu la Vierge"

La Bonne Mère relookée

La Vierge à l'Enfant dorée, Alexandra la voyait tous les jours, sa galerie d'art étant située au pied de Notre-Dame de la Garde. Et les touristes venaient régulièrement la voir pour savoir si elle n'avait pas de souvenir à leur vendre de la vierge. 

"L'idée a germé au moment de la Fashion Week avec mon conjoint. On s'est dit et pourquoi pas lui mettre une robe rouge, elle en a peut-être marre d'être en dorée depuis toutes ses années ?", se rappelle la créatrice.

La marque se fait ainsi connaître en sortant des boules à neige à l'effigie de la Vierge, de toutes les couleurs, puis des statuettes en résine. Et depuis récemment, elle s'invite aussi sur les dessous de verres, T-shirt, affiches, elle devient pour Alexandra une source d'inspiration intarissable. 

Plus qu'une basilique, la Bonne Mère, "c'est la gardienne de Marseille, un symbole de protection, atteste Alexandra Cefai. Les gens la connaissent partout dans le monde, et ils viennent la voir, elle fédère."

Statuettes de cire multicolores 

Et si "J'ai vu la vierge" est une marque assez récente, d'autre sont beaucoup plus anciennes comme la Ciergerie des Prémontrés, installée à Tarascon, à une centaine de kilomètres de Marseille. D'origine religieuse, elle a été créée en 1858 par les pères Blancs, qui fabriquaient de manière artisanale des bougies et des cierges.

Elle est aujourd'hui la dernière ciergerie traditionnelle française. Les pères Blancs ne produisent plus les objets de cire, mais l'inspiration religieuse est toujours là. Une partie de la production est encore dédiée aux lieux de culte quand l'autre s'ouvre à la décoration et au grand public.

"Notre produit phare, c'est vraiment les statuettes de cire de la vierge. On a plus de 30 couleurs", détaille Anne Poutoire la directrice des ventes de la ciergerie. Selon les saisons et les modes, les records de ventes oscillent entre une statuette de vierge dorée, rose fluo ou encore rose pastel et parme. 

Elle tient à insister : "on a des profils très variés qui nous achètent ces vierges". Certaines personnes vont l'aimer en tant qu'objet de décoration, quand d'autres vont l'offrir en porte-bonheur à des personnes malades et d'autres encore l'utilisent en tant qu'objet de culte.

Anne Poutoire résume : "Elles sont là pour tous les moments de la vie heureux et malheureux"

Elles sont là pour tous les moments de la vie heureux et malheureux.

Anne Poutoire

Figure de la féminité et icône

Les figures mariales plaisent à de nombreuses personnes. Plusieurs raisons expliquent cela, car elles représentent des valeurs communes comme l'amour, la maternité et la féminité. 

"C'est vrai que nous sommes dans une temporalité où il y a une certaine vague du féminin et les icônes féminines comme la vierge mais aussi Frida Kahlo qui ressurgissent et inspirent beaucoup", complète Stéphanie Genevrier, architecte d'intérieur et créatrice du studio d'Alfred. 

Mais la figure de Marie a toujours plus ou moins été présente dans notre quotidien sous différentes formes.

Sophie Gherardi, directrice du Centre d'étude du fait religieux contemporain décrypte : "Nous sommes aussi une société qui a des racines chrétiennes et l'image de la Vierge s'est inscrite dans nos codes visuels. Tout le monde a déjà vu au moins une fois une représentation d'elle".

Tout le monde a déjà vu au moins une fois une représentation de la vierge

Sophie Gherardi

Anne Poutoire, la directrice des ventes de la ciergerie, garde en tête les échanges de certains clients qui lui disent que la Vierge leur évoque des souvenirs sans qu'ils soient pour autant aujourd'hui croyants.

"L'un d'entre eux me racontait que ça lui rappelait quand il allait chez sa grand-mère, car elle avait des statuettes mariales"

Protection et spiritualité 

Mais, un autre phénomène plus récent peut aussi expliquer l'essor de ces figures religieuses : le Covid. Créatrice, spécialiste des religions et décoratrice d'intérieur, toutes sont unanimes pour dire que la crise sanitaire a pu renforcer cette tendance. 

"Cette période a été tellement compliquée pour tout le monde et elle a généré beaucoup de peur et d'incertitude, certaines personnes se sont raccrochées au sacré et à la protection de la vierge", analyse Stéphanie Genevrier.

Avoir une statuette de la Vierge à l'Enfant sur une commode est donc loin d'être anodin, "ça veut forcément dire quelque chose de nous, si on la met chez nous, c'est un objet qui dégage quelque chose de très fort", conclut Sophie Gherardi.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité