CARTE. Le sportif Stephan Plana rencontre des difficultés pendant sa traversée, mais il n'abandonne pas

Relier les 170 kilomètres qui séparent Calvi de Monaco, par la mer, en kayak, c'est le pari de Stephan Plana. Pour ce défi, il est parti le 1er juin, mais à cause du mauvais temps, impossible de terminer. Pas question d'abandonner, il décide de faire en sens inverse les 70 km qui lui manquent. 

Le sportif Stephan Plana a dû revoir son itinéraire de route entre Calvi et Monaco pour réaliser son défi en kayak.
Le sportif Stephan Plana a dû revoir son itinéraire de route entre Calvi et Monaco pour réaliser son défi en kayak. © Romuald Viale

Un homme, un kayak et 170 km à parcourir. Mardi 1er juin, Stephan Plana débute son expédition.

Son objectif est de rallier Calvi depuis Monaco, uniquement à "la force de ses bras" : 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par France 3 Côte d'Azur (@france3cotedazur)

Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu pendant la traversée. Les conditions météorologiques se compliquent à 70 km des côtes, dans la soirée du 2 juin. L'équipe choisit donc de regagner la terre ferme à l'aide du voilier. 

Néanmoins, Stephan Plana n'abandonne pas. Ce matin, à l'aube, après une nuit à Calvi, il décide de reprendre la mer et de parcourir les kilomètres manquants pour réussir le défi qu'il s'est fixé. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alisée - (@prepalyance)

Ce sportif de l'extrême, s'entraîne depuis septembre dernier pour ce challenge. Président de l'association Coureur du monde, il n'en est pas à son premier exploit. 

Un départ "précipité" 

Le sportif a seulement appris la veille, qu'il partait en mer pour ce long périble. Un départ anticipé, au vu des conditions météorologiques qui étaient annoncées favorables. 

Le 1er juin à 5h40, Stephan Plana quitte le port de Monaco.

Pour son périple, il est accompagné du voilier Marola, avec à la barre Jean-Philippe Cambay. A son bord, toute une équipe au cas où il rencontrerait un problème. Il y a notamment un médecin et sa préparatrice physique Alisée Luraski. 

Une épreuve sportive qu'il compte réaliser à bord de son surf-ski. Une sorte de kayak, axé sur la performance, il est conçu pour la vitesse sur l'eau. C'est la plus longue embarcation de cette catégorie. 

C'est un bateau de près de six mètres et qui mesure 43 centimètres de large

Stephan Plana

Une embarcation difficile à manier et qui est d'habitude réservé aux initiés. Il lui a fallu apprendre à manoeuver avec cet outil, si les bras permettent de faire avancer le kayak c'est l'ensemble du buste qui doit tourner pour donner l'impulsion suffisante et garder son équilibre. 

Les bras ne font que les liens entre les épaules et la pagaie. Il faut donner une impulsion sur une jambe et effectuer une rotation complète du corps. C’est extrêmement complet comme discipline, il faut arriver à avancer mais sans forcer.

Romuald Vial, formateur kayak

En effet, au-delà de l'effort physique, Stephan Plana doit réussir à économiser son énergie, pour maintenir son cap et arriver au terme de sa course. 

Une préparation physique intense 

Depuis près de huit mois, Stephan s'entraîne auprès de Romuald Vial à La Ciotat dans les Bouches du Rhône. Une préparation physique intense, avec des sessions kayak deux à trois fois par semaine, en plus de toute la préparation physique annexe. 

Pour son entraîneur, Stephan Plana est prêt à relever ce défi mais Romuald Vial reconnaît : "il a découvert l’activité en septembre, en même temps que son projet. Ça peut donc paraître fou au premier coup de fil, mais une fois qu’on a rencontré la personne, on se dit que c’est possible. Moi, je crois en lui."

Même si le sportif n'était pas maître dans la discipline, son statut de débutant lui a permis d'apprendre sans avoir de mauvais réflexes ou de défauts, "une force", selon son entraîneur. 

7 km par heure

Selon les conditions en mer, et les projections réalisées, Stephan Plana devait atteindre son objectif le 2 juin. Avec les premières données reçues,  le cap était fixé à 7km/ heure. 

Une pause de deux heures pour se reposer et se ravitailler. 

C’est surtout un très beau challenge, l’eau n’était pas son élément et je ne l’ai pas ménagé et je lui souhaite de réussir.

Romuald Vial, formateur Kayak 

Un parcous hors-normes 

Stephan Plana est à la tête de l’association Coureur du Monde, l'objectif se préparer physiquement en vue d’organiser des expéditions et des voyages insolites, en faisant appel aux sponsorings.

Il est également un ancien athlète de l’équipe de France de culture physique et un ancien pompier réanimateur. 

Aujourd’hui, il est préparateur physique, pilote de parapente et explorateur ! 

Dans cette vidéo, l'aventurier parle des exploits qu'il a réalisés par le passé : 

Un palmarès bluffant ! Au cours de sa vie, Stephan Plana a accompli :

Les photos de ses aventures ont été publiées dans un livre "Coureur du Monde", il retrace en images son parcours unique. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international sport aventure sorties et loisirs insolite canoë-kayak