Marine Le Pen fait une visite surprise sur le site d'Altéo à Gardanne

Marine Le Pen devant l'usine Altéo fermée ce dimanche à Gardanne / © F3
Marine Le Pen devant l'usine Altéo fermée ce dimanche à Gardanne / © F3

La candidate du Front national à l'élection présidentielle vient faire campagne en Provence. Marine Le Pen est en ce moment sur le site de l'usine Alteo à Gardanne. Une visite surprise à sept jours du second tour.
 

Par Annie Vergnenegre

Au lendemain du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan, et à la veille de son dernier grand meeting du 1er mai à Villepinte, Marine Le Pen fait un petit détour ce midi par l'usine Altéo de Gardanne. Mais en ce dimanche, la candidate du Front national, a toruvé portes closes. Depuis plusieurs années, le groupe Altéo qui fait de l'extraction d'alumine, est au coeur d'une polémique, à cause de ses rejets toxiques en mer et le maintien à ciel ouvert des rejets solides toxiques dénoncé par les écologistes de Green Peace. 
Marine Le Pen en visite à Gardanne

Après une petite marche aux côtés de son soutien local Séphane Ravier, Marine Le Pen a avoir une vue d'ensemble du paysage et de la réalité des rejets toxiques vécus par un riverain qui décrit les "pigeons rouges" comme les boues d'Altéo.

"On peut faire quelque chose, a affirmé la candiate FN aux journalistes,

mais sur un sujet aussi important que celui-là, l'Etat stratège doit agir en coopération avec l'entreprise pour que ce ne soit pas l'emploi qui pâtisse de la protection environnementale mais qu'en même temps ce ne soit pas les habitants qui pâtissent de la protection de l'emploi"

"Je pense qu'on peut faire les deux en même temps, ajoute-elle, et obtenir dans un délai qui soit contracté par rapport à ce qui a été réclamé par le gouvernement socialiste la réduction dans des limites uqi soient acceptables de ce qui apparaît aujourd'hui comme un danger sanitaire". 

Marine Le Pen à Altéo


Depuis les années 1960, 30 millions de tonnes de boues rouges ont été rejetées dans la mer Méditerranée.

La Commission européenne a en début d'année demandé des explications au gouvernement français sur l'autorisation donnée à l'usinede poursuivre le rejet de déchets dans le parc national des calanques de Marseille.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus