Aix-Marseille : prescription d'hydroxycloroquine, le sujet d'examen qui fait tousser les étudiants en pharmacie

Nouvelle polémique autour de la prescription de l'hydroxychlroquine. Cette fois c'est un sujet soumis aux étudiants en pharmacie de la faculté d'Aix-Marseille qui relance le débat. L'auteur du sujet a cosigné des études avec le professeur Didier Raoult sur le traitement du Covid 19. 

© Frédéric Vennarecci / APM/MaxPPP

Pour leur examen final, des étudiants marseillais en sixième et dernière année de pharmacie ont eu à commenter une ordonnance fictive pour une patiente de 65 ans.

La prescription inclue l'association d'hydroxychloroquine et azithromycine, révèle 20minutes. Le site d'information a été alerté par un tweet du compte La Tronche en biais. 

Ces deux molécules constituent la base du traitement controversé préconisé le professeur Raoult face au coronavirus Covid-19.

Le pharmacien hospitalier, auteur de ce sujet, Stéphane Honoré, président de la société française de la pharmacie clinique, a cosigné la première étude du patron de l'IHU Didier Raoult sur l'hydroxychloroquine.

Il a expliqué au site d'information "avoir voulu confronter les étudiants à un exercice de refus d’ordonnance".

Dans ce commentaire technique d'ordonnance, les futurs pharmaciens devaient se prononcer sur la légalité de la prescription et pouvoir le justifier. 

Contactée par la revue Pharma.fr, Julie Napieralski, attachée de presse de l’Association Nationale des Etudiants en Pharmacie de France (ANEPF) estime que "le but de l’épreuve était justement d’expliquer que le pharmacien devait refuser la dispensation".

"Il n’y a pas d’AMM (
autorisation de mise sur le marché, ndlr) pour l’hydroxychloroquine dans le Covid-19 et il fallait rappeler la législation en vigueur. Il n’y a pas de polémique au sein des étudiants, la grille de notation est claire", détaille Julie Napieralski.

Reste que face au début de polémique sur les réseaux sociaux, l'exercice pourrait être "neutralisé", tous les étudiants recevant alors le maximum de points.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société