• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Anticor 13 a fait un signalement au procureur de la République de Marseille du président de la région SUD

Le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier. / © THOMAS SAMSON / AFP
Le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier. / © THOMAS SAMSON / AFP

L’association Anticor 13 a fait un signalement au procureur de la République de Marseille d'une "possible utilisation illégale de moyens de communication publics" de la part de Renaud Muselier. L’entourage du président de la région SUD évoque une "erreur".
 

Par Jean Poustis / France 3 Provence-Alpes

Dans un communiqué, l’association Anticor 13, qui lutte contre la corruption et pour l’éthique politique, indique avoir signalé au procureur de la république une "possible utilisation illégale de moyens de communication publics" de la part de Renaud Muselier, le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le député européen aurait "envoyé un ou plusieurs mails avec une boite outlook de la Région à une ou des entreprises afin de présenter son bilan du mandat européen et renvoyant vers un document sur lequel apparaîtrait le logo du parti Les Républicains, cinq recommandations pour les prochaines élections européennes et "c’est pourquoi j’en appelle à voter pour le parti républicain et donc le PPE"".

Selon Anticor 13, "si elles étaient avérées, ces informations démontrent que les outils de communication institutionnelle électroniques de la région Sud ont été utilisés comme un instrument de propagande […] à des fins personnelles. Il aurait également pour conséquence une rupture du principe d’égalité entre les candidats".

Une erreur de boîte mail évoquée

Dans l’entourage de Renaud Muselier, on évoque "une erreur".

"Une erreur de boîte mail a été faite. Ce mail aurait dû être envoyé par la boîte du député européen et non celle du président de région. Il n’y avait aucune intention malveillante".

L’association de lutte contre la corruption s’est posée "la question du timing du signalement par rapport aux élections européennes".

"Comme nous avons subi une tentative de pression et comme nous ne sommes pas sensibles à ce genre de manœuvre, nous avons fait ce qui devait être fait. Maintenant c’est à la justice de faire son travail".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Eric Pauget, député LR (06)

Les + Lus