Un avocat engage une procédure mettant en cause l'Etat et la mairie de Marseille

Illustration : la gestion de la mairie de Marseille au centre de la procédure de l'avocat marseillais. / © GERARD JULIEN / AFP
Illustration : la gestion de la mairie de Marseille au centre de la procédure de l'avocat marseillais. / © GERARD JULIEN / AFP

Un avocat marseillais a déposé la semaine dernière une procédure mettant en cause l'Etat et la mairie de la cité phocéenne. Cette action intervient juste après le nouveau rapport de la Cour régionale des comptes présentant les manquements dans la gestion de la Ville. 

Par Jean Poustis

Un avocat Marseillais a déposé une procédure "en son nom et au nom du collectif Union des cités et des quartiers abandonnés de Marseille" pour carence fautive de l'Etat dans sa mission de contrôle des actes de la ville de Marseille.

Victor Gioia engage un combat contre la municipalité notamment en raison "de l'importante dette d'un milliard que les marseillais n'ont pas à assumer. L'Etat devrait intervenir pour protéger les Marseillais".

Concernant la dette, le maire des 6e et 8e arrondissements Yves Moraine, "celle-ci n'a pas augmenté depuis 1995. Elle a même diminué de 10% sur les cinq dernières années". Il loue la "rigueur de la ville de Marseille".

Le rapport de la Cour régionale des comptes en point de départ

Cette procédure intervient après le nouveau rapport de la Cour régional des comptes. Celui-ci présente tous les manquements dans la gestion de la ville : du temps de travail des agents municipaux à l'état des écoles.

"L'Etat est informé de ces mauvaises pratiques. La ville est en faillite, il y a une rupture d'égalité entre les citoyens. J'enjoins la mairie à saisir la préfecture pour actionner la responsabilité de l'Etat. Les Marseillais ont besoin de justice".

Première action de la sorte à Marseille

L'avocat est le premier à engager ce type d'action à Marseille. 

"Nous sommes en droit de savoir où l'argent passe, comment nous avons fait pour en arriver là. La ville est en ruine et en faillite. Qui va payer ? Qui va faire respecter l'Etat de droit ?", explique Victor Gioia.

Au courant de la procédure, la mairie n'a pas pour le moment saisi la préfecture. Le rapport de la Cour régionale des comptes sera lui évoqué lundi au Conseil municipal, le dernier de l'année.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus