Camille Lacourt et Grégory Mallet défient le cercle des nageurs de Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Paul Geli .

Camille Lacourt et Grégory Mallet, anciens champions du Cercle des Nageurs de Marseille, présentent un nouveau club de natation privé basé à Paris. Une ambition : concurrencer le CNM, leur ancien club. La rivalité est déjà lancée.

« C’est une déclaration de guerre au Cercle des Nageurs de Marseille », assure en plaisantant le président du projet, Etienne Passani.

Une plaisanterie qui n’en est pas vraiment une. Corse d’origine, il présente aujourd’hui un projet sportif, avec à ses côtés deux anciens nageurs du CNM : Camille Lacourt et Grégory Mallet.

Basé en région parisienne, le nouveau club de natation a de grandes ambitions :  « Il y a PSG - OM au foot, il y aura bientôt Les Etoiles contre le CNM en natation », annonce le président sur un ton joueur. « Le CNM a du souci à se faire » rajoute-il.

Sur des bassins de Nanterre et de Puteaux, il lance le premier club de natation privé de France, à vocation sportive et pédagogique.

Le fondateur ajoute : « On a l’arme atomique. Le Cercle ne l’a pas ».

L’arme atomique dont il parle, c’est une équipe de dix jeunes espoirs de la natation, encadrés par trois champions de la discipline : Camille Lacourt, Jérémy Stravius et Grégory Mallet. Objectif affiché : les JO 2024.

Pas de trahison, une émulation sportive

Une affiche de rêve, qui fait un joli pied de nez au bassin marseillais.

Deux anciens nageurs du CNM qui s’engagent pour le futur rival du Cercle : une trahison ? Certainement pas, assure les deux nageurs.  

« On vient titiller Marseille, mais le but c’est de se tirer la bourre dans le bon sens du terme. En créant cette rivalité sportive, on ne pourra que se tirer vers le haut l’un et l’autre. On a toujours de très bons rapports avec le Cercle », précise le multi-champion du monde Camille Lacourt.

« On veut aller chercher la compétitivité, pour élever encore le niveau français », rajoute Gregory Mallet. « Mais Marseille reste dans notre cœur ».

Le nom du club, les Etoiles, révèle l’ambition du projet.

Le nouveau-né a déjà de grands projets, et les jeux olympiques de Paris 2024 sont évidemment dans l’esprit des nageurs.

 « On y pense, sans vraiment y penser. On se laisse d’abord un an pour construire le club. Une chose est sure, on s’est mis tous les moyens de notre côté pour y parvenir. », avance le co-fondateur Lareg Benelhadj.

Pour les nageurs et l’équipe administrative, atteindre le niveau international du CNM est à leur portée.

Le champion olympique Jérémy Stravius est serein : « C’est un gros défi. On a des ambitions, il va falloir les valider. Pour débuter, un veut commencer par créer un esprit de groupe dans le collectif. »

Le CNM ne craint pas ce petit nouveau


Qu’en pense le bassin marseillais ? Au cercle, les dirigeants voient l’émergence de ce nouveau concurrent d’un bon œil . « Je suis très heureux. Tant qu’on se bat vers les sommets, tant mieux », se réjouit le président du CNM Paul Leccia.

 « J’espère que ça va nous mettre la pression. S’il pouvait y avoir un derby Paris-Marseille, ça me ferait plaisir ». En tout cas, tant que le CNM conserve sa position de leader.

A la question « Avez-vous peur ? », il répond avec aisance : « Pas du tout ! Ce n’est pas demain qu’ils gagneront contre le CNM. Il ne suffit pas d’additionner des grands noms pour faire un grand club. Il faut des années. Nous, on va fêter nos cent ans en 2021. »

Fairplay, Paul Leccia tempère : « Si un jour ils arrivent à nous battre, alors j’applaudirai des deux mains. Mais on ne donnera pas notre prestige comme ça ! »

Voir ses anciens poulains s'associer ne semble pas perturber le directeur historique du Cercle.

Il l’assure, il n’a aucune rancœur : « Grégory Mallet et Camille Lacourt étaient au CNM quand ils étaient au summum de leurs capacités physiques. Aujourd’hui ils donnent l’exemple à des jeunes, et tant mieux. Le CNM reste leur maison. »

Même bienveillance chez Jean-François Salessy, ancien directeur général du Cercle des Nageurs de Marseille, devenu aujourd'hui agent de nageurs. 

Il ne se refuse pas de travailler un jour avec les jeunes des Etoiles.

"La concurrence ce n’est pas le club d’à coté, mais l’Australie, les Etats-Unis, etc. La natation française de haut niveau de ces dix dernières années n'a été possible que par la multiplication des sites, avec les bassins d'Amiens, de Marseille ou d'Antibes... Ca ne peut être qu'une bonne chose." 

Un stage de présaison aux portes de Marseille


Le futur club est cette semaine en stage de présaison dans un village-vacances de Vaison-la-Romaine, dans le Vaucluse.

Un choix géographique qui n’est pas anodin. « On vient titiller Marseille. On est venu se rapprocher du CNM pour leur dire qu’on est là, on est présents», indique le président des Etoiles.

Le nouveau centre de formation se lance aujourd’hui, avec des financements uniquement privés.

Les noms des futures étoiles montantes du club sont encore inconnus.

Le Cercle des Nageurs de Marseille se dit ouvert à des collaborations sportives. Son président explique « On partage tout ».

Avant d’ajouter : « Sauf quand on est sur le plot ». La compétition est lancée.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité