Clap de fin pour le journal Le Ravi, qui annonce sa liquidation

Publié le

Le journal Le Ravi ferme boutique. Ce mensuel satirique et d'investigation couvrait la région Paca. Le déclin de la presse écrite et l'arrêt des aides publiques ont eu raison de lui.

"Après 18 ans de satire et d'enquête en Paca, c'est la fin ! le Ravi est décédé ce matin à 9 h 15, après un dépôt de bilan et mise en liquidation", annonce sur Twitter le journal local satirique, vendredi.

Le mensuel "pas pareil" confirme sa liquidation. Son numéro 208, daté juillet-août, sera bel et bien leur dernier.

En mars, ils avaient déjà lancé un appel au secours à ses lecteurs. 100.000 euros devaient être récoltés pour la fin du mois de mai. Sans succès.

Fin des subventions des collectivités locales

Cette liquidation, la rédaction l'explique en partie par l'arrêt du paiement des collectivités locales en 2021. Sans raison officielle, ces subventions se sont arrêtées.

En 2021, le Ravi était autofinancé à 80 %, indique le journal. Ce n'était plus une situation vivable pour le mensuel.

Le journal accuse également les grands groupes de presse de capter toutes les aides de l'État, écrasant ainsi la petite presse. "Les plus grands groupes, aux mains d’une poignée de milliardaires comme ceux qui se disputent La Provence, captent l’essentiel des aides à la presse", dénonçaient-ils en mars, sur France 3.

Pour protester contre cela, ils avaient lancé une pétition en ligne, Marsactu et Médiapart faisaient partie des signataires.

Le déclin de la presse a également mis à mal ce mensuel papier. En novembre 2019, la version numérique du journal a vu le jour. "Pour être viable, il faudrait que l'on ait plus d'abonnés et que l'on ait aussi plus de marge en kiosque, car chaque numéro nous coûte beaucoup", nous confiait Michel Gairaud.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité