• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Comores : manifestation à Marseille contre “une dictature qui s'installe”

07/04/2019 - Manifestation à Marseille de la communauté comorienne contre la réélection controversée, le mois
dernier, du président Azali Assoumani. / © Valérie Chénine / France 3 Provence-Alpes
07/04/2019 - Manifestation à Marseille de la communauté comorienne contre la réélection controversée, le mois dernier, du président Azali Assoumani. / © Valérie Chénine / France 3 Provence-Alpes

La communauté comorienne, très présente à Marseille, s'est rassemblée ce dimanche, porte d'Aix. Elle veut apporter son soutien à la population comorienne, en réaction à la réélection, le 24 mars dernier aux Comores, du chef de l’État sortant Azali Assoumani.

Par Valérie Smadja

Entre 400 et 500 personnes, d'origine comorienne, ont manifesté dimanche à Marseille. Selon le collectif national comorien, une dictature s'installe aux Comores.

Azali dégage

Ce dimanche, porte d'Aix à Marseille, le mouvement des Comoriens a suivi la marche des Algériens. Deux pays aux politiques contestées. Les Algériens eux, réclament la chute des proches de Bouteflika, et le changement du système actuellement en place. 

#ACTE2 🇰🇲 #DEMAIN0704 SOYONS AU RENDEZ-VOUS Ce dimanche 7 avril - 14H Pour élever nos voix et faire taire la Dictature aux Comores. ➡️MARSEILLE - Place d'Aix ➡️PARIS - Place de la république ➡️LYON (Vaulx-en-Velin) - 3 rue Méboud (Bus 52, 57/C3/C8 Arrêt: Grand Vire) ➡️STRASBOURG - 123 route de Schirmeck, montage verte. ➡️ NICE ➡️ LA REUNION pour la paix aux Comores rassemblement à Saint Denis la Réunion, ce dim 7 avril à 15H - Parvis des Droits de l'Homme- Champs Fleuris Senegal Dakar à l’IFACE dimanche 07/04/2019

Publiée par Djoundi Houssam Affande sur Dimanche 7 avril 2019

Les comoriens se disent assister impuissants au basculement d'une nation dans la dictature. Selon eux, la presse est censurée, les manifestations se déroulent dans le sang, réprimées par le régime du président Azali. Aux Comores, la presse a entamé un boycott du gouvernement en place et ne couvre plus les communications officielles.

Chef de l'Etat de 1999 à 2006, réélu en 2016, le colonel Azali, ancien putschiste, a été proclamé vainqueur du premier tour de l'élection présidentielle, disputé le 24 mars, avec 59,09% des suffrages.
  
L'opposition et de nombreux observateurs ont dénoncé des fraudes massives lors du scrutin.

La justice comorienne a annoncé samedi vouloir poursuivre pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" les dirigeants de l'opposition qui refusent de reconnaître la réélection du président Azali Assoumani.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gayraud - Perget

Les + Lus