Crash de la Yemenia en 2009 : l'amende maximale requise contre la compagnie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenègre (avec AFP)

13 ans après le crash d'un avion au large des Comores qui avait fait 152 morts, une amende maximale de 232.500 euros a été requise contre Yemenia Airways, jugée pour homicides et blessures involontaires. La décision du tribunal a été mise en délibéré au 14 septembre.

Assise au premier rang, dans la grande salle d'audience, Bahia Bakari, 25 ans aujourd'hui, a écouté le réquisitoire. Avec elle, une centaine de proches des victimes du crash, dont certaines étaient originaires de Marseille.

La compagnie a "attendu que l'accident se produise" a affirmé l'accusation ce jeudi au procès de la Yemeni, Airways, jugée à Paris depuis le 9 mai.

Une série d'erreurs de pilotage lors de l'approche sur l'aéroport de Moroni a conduit le vol Yemenia 626 à se crasher dans l'océan Indien dans la nuit du 29 au 30 juin 2009,  avec à son bord 142 passagers, dont 66 Français, et 11 membres d'équipage.

Seule Bahia Bakari, 12 ans à l'époque, a survécu. La compagnie nationale yéménite "rejette de façon tout à fait commode toute la faute sur les pilotes", mais elle a "participé aux erreurs" qui ont conduit à la catastrophe, a soutenu la procureure Marie Jonca, au dernier jour de ce procès. 

L'accusation pointe les lacunes des pilotes

"Vous avez dans ce cockpit deux pilotes qui ne présentent pas un niveau professionnel équivalent", le copilote ayant des "lacunes opérationnelles réelles", a estimé la représentante du ministère public.

Ils "ne savent pas travailler ensemble" et "n'ont jamais été formés spécifiquement à l'approche de ce terrain si difficile et particulier de l'aéroport de Moroni", la capitale des Comores, a-t-elle poursuivi.

En outre, "vous avez deux pilotes qui vont poursuivre une approche dans des conditions délicates, de nuit, de façon règlementairement interdite (et) dans des circonstances dangereuses", à cause de la panne depuis plusieurs mois de certains feux de l'aéroport.

"Malgré ces circonstances qu'elle connaissait", la compagnie n'a pas décidé, "comme elle a pu le faire immédiatement après l'accident, d'interdire tout simplement les vols de nuit durant cette période", a souligné la procureure.

Si elle a poursuivi ces vols nocturnes, c'est "pour des raisons commerciales", a-t-elle estimé, soulignant que la Yemenia était devenue de fait, à partir de 1999, la compagnie nationale des Comores, où elle opère en position de "monopole".

Des "omissions" et des "mauvaises décisions"

Pour voyager à des prix "abordables", les Comoriens n'avaient pas "d'autre choix" que d'embarquer sur ses avions, a insisté la magistrate, parlant d'une population "prise en otage".

Pour l'accusation, la Yemenia a commis des "omissions" et pris de "mauvaises décisions". Elle "a attendu que l'accident se produise. La compagnie a eu une gestion réactive du risque, on attendait d'elle une gestion proactive".

En condamnant la compagnie, il s'agit de "rappeler que le respect de la vie, de l'intégrité physique de la personne humaine, n'admet strictement aucun compromis", a relevé Mme Jonca.

La peine maximum prévue par la loi française "ne sera jamais à la hauteur des douleurs et des préjudices subis par les victimes", mais "je ne vois pas comment je ne pourrais pas (la) requérir", a-t-elle résumé.

La procureure a aussi demandé la publication du jugement du tribunal sur le site internet de la compagnie, qui pourrait reprendre des vols commerciaux à la faveur d'une trêve de la guerre au Yémen.

"Je veux que les gens, quand ils s'apprêteront à acheter des billets de cette compagnie, sachent véritablement ce qu'il s'est passé", a-t-elle lancé.

Aucun responsable de la compagnie, qui conteste tout "manquement", n'était présent pour répondre devant le tribunal correctionnel de Paris à cause de la guerre qui ravage le Yémen, selon les avocats de l'entreprise qui, comme la loi le permet, la représentent depuis le début du procès. La décision du tribunal a été mise en délibéré au 14 septembre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité