Culture : deux cinémas marseillais rouvrent leurs portes au public pour l'opération #Ouvrezlescinémas

Les cinémas Le Gyptis et La Baleine participent dimanche à la mobilisation nationale pour demander la réouverture des salles. Pour protester contre leur fermeture et démontrer leur capacité à respecter le protocole sanitaire, ils ont rouvert pour deux projections-test en jauge limitée.

Quelques chanceux ont pu retrouver les salles obscures l'espace d'un après-midi à Marseille
Quelques chanceux ont pu retrouver les salles obscures l'espace d'un après-midi à Marseille © Élodie PEPIN/France Télévisions

"Ce week-end, cela fera un an que toutes les salles de cinéma ont fermé leurs portes pour la première fois, cumulant 244 jours d’arrêt depuis. Chacun d'entre eux fut un jour de trop" : répondant à un appel national, les cinémas Le Gyptis et La Baleine organisaient à 15h deux projections-test gratuites, "dans le strict respect des protocoles sanitaires et dans la limite de places disponibles".

Dimanche 14 mars, une poignée de spectateurs ayant réservé à l'avance ont pu retrouver les salles obscures le temps d'un après-midi. De cette manière, les organisateurs espèrent prouver qu'ils sont "à la hauteur de la situation, en conviant [les spectateurs] dans le respect le plus strict d'un protocole sanitaire largement éprouvé".   

Le cinéma Le Gyptis, dans le quartier de la Belle de Mai (3e), présentait le film "143, rue du désert" d'Hassen Ferhani, en partenariat avec le festival La Première fois. La Baleine, situé sur le Cours Julien (6e), proposait de son côté "J'ai aimé vivre là" de Régis Sauder, en compétition française au festival FID Marseille, suivi d'une rencontre avec son réalisateur. 

Mobilisation nationale en soutien à la culture

Suite à l'appel lancé par la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), de l'Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (ACID) et du Groupement national des cinémas de recherche (GNCR), des actions sont organisées ce week-end dans toute la France pour protester contre la fermeture des lieux culturels. 

"Le refus obstiné du gouvernement de rouvrir les lieux de culture, en dépit des nombreuses études scientifiques qui prouvent que ceux-ci ne sont pas des foyers de contamination, nous prive ainsi tous de ce lieu sans équivalent que sont les salles de cinéma, où la seule chose qui se transmette, ce sont les idées, la sensibilité, l'intelligence, les valeurs de partage et la consolation", regrettent ces organisations.

Partout en France, des salles comme le Majestic Bastille à Paris, le Lux à Caen ou encore l'Atalante à Bayonne ont participé à l'opération, en projetant des films ou en organisant des rassemblements de soutien et des rencontres avec leurs spectateurs. 

Depuis quelques jours, un mouvement d'occupation des théâtres s'est aussi propagé en France pour protester contre les restrictions, débutant au théâtre de l'Odéon à Paris il y a une semaine avant de s'étendre au reste du pays. 

À Marseille, le théâtre du Merlan (14e arrondissement) a rejoint à la mobilisation, et une vigtaine d'intermittents du spectacle ont passé la nuit de vendredi à samedi sur place. Ils demandent également une nouvelle prolongation de l'année blanche pour leurs droits, et une abrogation de la nouvelle réforme du chômage.

Depuis le 30 octobre, début du deuxième confinement, les lieux culturels ont cessé de recevoir du public. Les acteurs du secteur estiment toutefois que les gestes barrières peuvent y être respectés, et que les salles et musées ne sont pas des foyers de contamination. Ils pressent aujourd'hui à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot de travailler sur un calendrier précis permettant la réouverture de ces lieux. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture politique covid-19 santé société