Des manifestantes féministes perturbent l'accès au concert de Gérard Depardieu à Marseille

Plus d'une centaine de militantes féministes se sont rassemblées devant le Silo à Marseille jeudi soir. Elles dénonçaient la représentation de Gérard Depardieu, mis en examen pour viol.

"Bravo d'aller voir un violeur ! La honte !" Les spectateurs du Silo ont été accueillis par un concert de casseroles et les slogans de 150 manifestantes, et quelques manifestants. Elles dénoncent la venue de l'acteur Gérard Depardieu, mis en examen pour agressions sexuelles et viols.

"Depardieu violeur, public complice" peut-on lire sur une des pancartes brandies bien haut par les manifestantes. La représentation, intitulée "Depardieu chante Barbara", est un concert de reprises de la célèbre chanteuse.

"Vous allez écouter "l'aigle noir", où Barbara raconte son viol, chanté par un violeur" adresse une militante à des spectateurs.

"Dans cette chanson, elle se confie sur son inceste commis par son père, explique Nathalie, membre du collectif Marseille8Mars. Nous trouvons ce concert complètement anachronique par rapport à ce qui se passe dans notre société, depuis le mouvement #metoo"

Venir voir ce spectacle c'est soutenir financièrement et éthiquement l'impunité du viol.

Olympe

Dans un article publié sur le site d'informations Médiapart, 14 femmes dénoncent des faits de viols de harcèlement et d'agressions sexuelles commis par l'acteur. "Venir voir ce spectacle c'est soutenir financièrement et éthiquement l'impunité du viol", estime Olympe.

Dans un courrier adressé au maire de Marseille, 11 collectifs et associations ont demandé l'annulation du spectacle. Face au maintien, ils ont choisi d'appeler à cette manifestation.

Une partie des manifestants a tenté de bloquer l'accès à la salle. Certains spectateurs ont été bousculés par des manifestantes. Les forces de l'ordre sont intervenues pour établir un cordon de sécurité.

Dans la file des spectateurs, Sylvain dit avoir rencontré personnellement Gérard Depardieu. Il ne veut pas entendre les accusations de viol. "Ça ne tient pas la route. Ce type est super sympa. Il lit un livre tous les deux jours. Il a de l'humour."

"Tout le monde a le droit de manifester et de donner son avis, admet une spectatrice. Mais Derpadieu c'était l'amie de Barbara. Il a chanté avec elle. Et puis il n'est pas condamné."

1 viol sur 100 condamné

"J'adhère à ce qu'elles défendent en tant que femme, assure une autre. Mais je déteste qu'on me dicte ma conduite. Et je suis très attachée à la présomption d'innocence. Je n'adhère pas à ce tribunal populaire. Si Depardieu est coupable il paiera son tribut à la justice."

Un argument balayé par les manifestantes qui font le choix de soutenir les victimes. "Il faut choisir son camp, estime Antigone. Il y a la présomption d'innocence, d'accord. Mais il y a aussi 14 personnes qui ne se connaissent pas et qui dénoncent la même chose."

"Aujourd'hui, quand on porte plainte pour agression ou harcèlement sexuel on n'est pas entendues. Le jour où la justice française sera vraiment égalitaire, on n'aura plus besoin de manifester", ajoute Nathalie.

Selon l'observatoire des violences faites aux femmes, un organisme rattaché au ministère chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes, sur 100 viols déclarés, un seul fait l'objet d'une condamnation.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité