Deux concerts-tests organisés au Dôme à Marseille pour évaluer les risques de contamination au Covid 19

Deux dates sont prévues à Marseille en mars ou en avril dans le cadre d'une étude scientifique menée avec l'Inserm, le but étant de prouver qu'il n'y a pas de surrisques d'infection au Covid-19 en assistant à un concert. La mairie a accepté de mettre à disposition le Dôme.

Au Dôme, un pulvérisateur de solution désinfectante est utilisé désinfecter les lieux dans le cadre du protocole anti-Covid-19.
Au Dôme, un pulvérisateur de solution désinfectante est utilisé désinfecter les lieux dans le cadre du protocole anti-Covid-19. © JFG/FTV

Déserté et réduit au silence depuis près d'un an, le Dôme va à nouveau vibrer sous les décibels et la ferveur humaine. Comme dans le monde d'avant. Ou presque. 1000 personnes triées sur le volet prendront place dans cette salle prévue pour 8500 spectateurs. Testées avant et après.

"On va prendre des volontaires sains, et on va en tirer la moitié au sort pour assister au concert et on les comparera à ceux qui n'y assisteront pas pour voir s'il y a plus d'infections chez les personnes exposées", explique le docteur Vincent Estornel, membre du collectif Do3Me qui réunit des médecins et des professionnels de l'événementiel, à l'initiative de ces concerts-tests à Marseille.

Deux concerts auront lieu à une semaine d'intervalle, en mars ou en avril. Il s'agit bien d'une étude scientifique, conduite sous la houlette de l'Inserm pour évaluer les risques de contaminations au Covid-19 lors de concerts avec un protocole sanitaire strict. 

Une expérimentation de portée nationale

La ville a décidé de s'associer à ces concerts-tests en mettant le Dôme à disposition, pour permettre le retour des spectateurs dans les salles. "On veut que les résultats puissent permettre à la ministre de la Culture et au gouvernement de prendre des décisions de réouverture dans les semaines qui viennent", explique Jean-Marc Coppola adjoint à la culture. 

L'objectif est de "montrer qu'il n'y a pas plus de risques dans les salles de spectacles que dans les centres commerciaux ou dans les métros" et que "cela puisse servir au niveau national à la réouverture des lieux de culture de manière protégée avec des protocoles sanitaires très rigoureux, avec masque, distanciation et gel hydro-alcoolique".

La ville dispose déjà d'un procédé unique pour désinfecter la salle : un canon à neige transformé en pulvérisateur de solution virucide. Vingt minutes suffisent pour nettoyer entièrement les lieux. 

L'affiche n'est pas encore connue mais dès le 15 janvier, sur sa chaîne Youtube, le groupe IAM a pris date avec ses fans. 

L'expérimentation devrait également être menée à La Cigale, à Paris. Un concert-test a déjà eu lieu le 2 décembre dernier à Barcelone avec près de 500 personnes. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture covid-19 santé société économie