Fuite de gaz : 2700 voyageurs SNCF pris en charge après 8 heures de paralysie

Illustration - Voyageurs sur les quais, gare Saint-Charles à Marseille (Bouches-du-Rhône). / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Illustration - Voyageurs sur les quais, gare Saint-Charles à Marseille (Bouches-du-Rhône). / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Près de 2.700 voyageurs étaient bloqués vendredi soir à Marseille, Toulon et Nice, le trafic des trains ayant été interrompu, depuis le début de l'après-midi à cause d'une fuite de gaz à la Ciotat (Bouches-du-Rhône). Une rame spéciale a quitté la gare de Marseille à 00h20.

Par GB

Une très longue nuit sur les rails. C'est ce qui attendait quelque 2.700 voyageurs. Ou tout du moins ceux qui auront choisi de passer la nuit dans les rames.

Vendredi 4 octobre, à cause d'une fuite de gaz survenue dans l'après-midi à La Ciotat, le trafic SNCF a été interrompu entre Marseille et Toulon.

"Une canalisation a été endommagée et les autorités nous ont interdit toute circulation des trains entre Marseille et Toulon depuis 16h38", a indiqué un porte-parole de la compagnie ferroviaire.

Environ 1.500 voyageurs étaient en attente d'un éventuel départ des trains vendredi soir à la gare Saint-Charles à Marseille, quelque 600 en gare de Toulon et autant à Nice, selon la SNCF.
Les pompiers de La Ciotat, de Carnoux et d'Aubagne se sont rendus sur les lieux de l'incident, accompagnés par GRDF. La fuite se situe en bordure des voies, a précisé la SNCF. 

"L'opérateur gazier ne peut prendre aucun engagement précis" quant à l'heure à laquelle les conditions seront réunies pour que les trains circulent à nouveau, a ajouté un porte-parole. 

Peu avant 22h, la fuite n'ayant toujours pas été formellement isolée, la compagnie ferroviaire a décidé de mettre en place "des rames de repos" pour permettre aux voyageurs de passer la nuit. Des plateaux repas ont également été distribués.

Bus et voitures pour échapper à une nuit sur les rails

Sur les quais, tandis que des dizaines de voyageurs tentaient de joindre un proche pour échapper à une nuit sur les rails, d'autres déploraient le manque d'informations. "On ne sait pas ce qui se passe, on ne sait pas où on peut dormir. Nous devions prendre une correspondance à Avignon, c'est foutu," déplorait un jeune couple.  

23h, à l'extérieur de la gare, une longue file de voitures formait un embouteillage inhabituel à cette heure, pour récupérer des proches. "Nous avons eu la chance de pouvoir appeler un ami qui vient de Nice pour nous récupérer", explique un couple de retraités. "C'est comme ça , une fuite de gaz, ce n'est pas toujours la faute de la SNCF."

A 22h45, 14 bus de grandes capacité ont été affrétés pour conduire les passagers qui le souhaitaient à Toulon. 

Huit heures de galère

À 23h41, GRTgaz et les autorités ont confirmé la possibilité d’une reprise de la circulation en toute sécurité.

La situation s'est débloquée à minuit 20 après huit heures de paralysie. Une rame TGV spéciale a été affrétée pour les voyageurs à destination des Arcs, de Saint Raphaël, Cannes, Antibes et Nice.

Aucun voyageur n'a été contraint de dormir à la gare Saint-Charles, a précisé un porte-parole de la SNCF à l'AFP. A Toulon en revanche, un certain nombre de voyageurs ont passé la nuit à bord d'un train qui doit partir ce samedi matin.

La SNCF a également annoncer "une compensation à hauteur de 100%" pour les voyageurs "touchés par cette situation."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus