Immeubles effondrés à Marseille : Muselier : “Gaudin doit souffrir énormément”

Renaud Muselier, président de la région PACA et Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille en février 2018. / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Renaud Muselier, président de la région PACA et Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille en février 2018. / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Dans l'édition du 16 novembre du Figaro, Renaud Muselier, président du conseil régional PACA confie: "Gaudin est lâché par les Marseillais".

Par MM avec AFP

Après l'effondrement de deux immeubles le 5 novembre dernier rue d'Aubagne à Marseille, Renaud Muselier (LR), président du conseil régional PACA a "l'impression que Gaudin est lâché par les Marseillais", affirme-t-il dans les colonnes du Figaro du 16 novembre.

L'ex-premier adjoint du maire de Marseille (1995 à 2008), se dit pris par la désolation, le malheur et la tristesse et affirme également comprendre la "colère" des Marseillais.
  
Les 10 et 14 novembre, deux manifestations ont rassemblé jusqu'à 8 000 personnes au moins dans les rues de Marseille, demandant la démission du maire.
 

    
En conclusion de l'entretien accordé à nos confrère, Renaud Muselier concède à propos du maire de Marseille : "Face à sa conscience, il traverse probablement des moments épouvantables. Il doit souffrir énormément".

Dans un communiqué, jeudi 15 novembre, le président de la région Provence-Alpes-côte d'Azur annonçait qu'il suspendait de toute fonction à la Région son vice-président Xavier Cachard, co-propriétaire du n°65 rue d'Aubagne, effondré le 5 novembre. Arlette Fructus, conseillère à la région mais aussi adjointe au Logement à la mairie de Marseille était elle-aussi suspendue par Renaud Muselier.
 


Dans le Figaro, Renaud Muselier demande "un plan Marshall". "Il y a un aveu d'impuissance du maire qui demande aide et assistance à l'État", juge-t-il, tout en estimant que "si l'État met les moyens humains et financiers suffisants, nous sortirons vite de ce problème."
    
Interrogé sur les responsabilités des collectivités sur l'habitat indigne, Renaud Muselier a rappelé que "tout ce qui relève de la salubrité relève du propriétaire, du maire ou de l'État", ajoutant que le conseil régional avait engagé 35 opérations de soutien concernant 2 500 logements. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus