"Je vais me contenter de l'écran géant": aux obsèques de Jean-Claude Gaudin, une foule éparse de partisans et de curieux

Les obsèques de Jean-Claude Gaudin ont été célébrées ce jeudi en la cathédrale La Major à Marseille. Les locaux ou touristes se sont rassemblés sur le parvis pour lui rendre un dernier hommage avant son enterrement au cimetière de Mazargues. Récit d'une après-midi d'hommages.

A 14 heures, le vent souffle et le soleil brille sur l'Esplanade Jean Paul II devant la majestueuse cathédrale de La Major. Dans une heure, le corps de Jean-Claude Gaudin, ancien maire de Marseille décédé ce lundi, fera son entrée dans la cathédrale pour une cérémonie d'hommage avant l'enterrement au cimetière de Mazargues, dans le 9e arrondissement. Déjà, des grappes de personnes affluent autour des barrières de sécurité. La foule est très diverse, certains sont venus se recueillir seuls, d'autres en groupe. Il y a des Marseillais fiers de leur maire, des fidèles venus assister à la messe, mais aussi des touristes de passage à Marseille, un peu perdus face à toute cette agitation.

"Il était toujours souriant, proche des gens"

Laure habite Marseille, elle cherche l'entrée pour assister à la cérémonie dans la cathédrale ouverte au public dans la limite de 1500 places. "Je travaille au service des musées, on avait l'habitude de le voir régulièrement. Jean-Claude Gaudin était quelqu'un de très humain. Ma tante travaille à l'accueil de la Timone, à chaque fois qu'il venait il la prenait dans les bras alors qu'ils ne se connaissaient pas. Il était toujours souriant, proche des gens."

Au détour d'un groupe de fidèle, une fleuriste accourt, un bouquet de fleurs à la main : "je dois amener les fleurs à l'intérieur avant le début de la cérémonie. C'est un peu la course". Un peu plus loin on entend le déclic d'un appareil photo. Jean-Claude Lamula est photographe. "Je n'étais pas souvent d'accord avec lui, pas de son bord politique... Mais c'est une figure politique importante qui m'a marqué. Je suis venu prendre des photos pour pouvoir me dire plus tard : j'étais là !

Alors que les cloches commencent à sonner, les personnalités politiques commencent à arriver, entourées des forces de l'ordre. Les passants agitent leurs téléphones pour capter l'évènement, comme Karl, qui habite vers Grenoble et qui n'avait pas prévu d'assister à la cérémonie. "Je suis en vacances et on voulait visiter la Major. On a complètement oublié que les obsèques étaient aujourd'hui ! Pour nous, Jean-Claude Gaudin était une grande personnalité qui représentait Marseille."

Il est 15h30, le cortège funéraire arrive sur le parvis avec une vingtaine de minutes de retard. Un important dispositif de sécurité est mis en place tout autour de La Major. Renaud Muselier a encouragé les Marseillais à venir assister à la cérémonie. Une jauge de 1500 places à l'intérieur de la cathédrale a été fixée par la mairie. Mais finalement, l'enceinte n'est pas pleine, les portes restent ouvertes un long moment avant le début de l'office. Sur le parvis, 200 à 300 personnes suivent la messe. Le cercueil est béni, puis les marins-pompiers de Marseille le portent à l'intérieur de la cathédrale, suivis des proches et personnalités politiques.

Un public divers mais rassemblé

Le son des cloches laisse place à la voix de l'archevêque et cardinal de Marseille, Jean-Marc Aveline. La cérémonie peut commencer, la foule s'attroupe petit à petit autour de l'écran géant installé sur l'esplanade. "chuuuut, taisez-vous !" lance une dame âgée à un groupe qui discute. Halima vient d'arriver et fait une grimace, "je voulais assister à la messe, mais je vais me contenter de l'écran géant. J'ai rencontré M. Gaudin lors d'un évènement dans une mosquée, il était très sympathique. Ce que je retiens de lui c'est son accent pagnolais incroyable !

Beaucoup de personnes âgées sont présentes, mais il y a quelques exceptions. Thomas a 34 ans, il a tenu à faire une halte à vélo pour suivre les obsèques. "Ce n'est pas du tout ma génération, mais au-delà de son statut de maire, c'est quelqu'un qui avait une emprise sur la vie des Marseillais. Selon moi, il a fait briller Marseille au niveau national et même international à travers beaucoup de projets comme Euroméditerranée." A quelques mètres, un autre Thomas, 25 ans, a fait le déplacement exprès depuis Paris. "C'est une personnalité très marquante, au-delà des Bouches-du-Rhône. Il est parti trop vite, mais aujourd'hui il rassemble les Marseillais."

Parmi la foule, beaucoup de sympathisants de Jean-Claude Gaudin sont présents. Mais l'homme politique rassemble cette après-midi tous les bords politiques. Billel est membre de la France Insoumise et a fait un détour par la cathédrale. "Je tenais à venir personnellement lui rendre hommage. Certes je suis de gauche et j’ai beaucoup de désaccords avec M. Gaudin, mais ce que j’appréciais chez lui c’était l’homme, sa personnalité, une grande figure politique qui m’a inspiré. Il savait écouter et dialoguer avec tout le monde, tout bord politique confondu."

À 18 heures, la cérémonie des obsèques touche à sa fin. L'orgue de la cathédrale accompagne en musique le cortège avec "Tableaux d'une exposition", par Daniel Ciobanu, la musique préférée de Jean-Claude Gaudin. Son corps sera inhumé au cimetière de Mazargues, dans le 9e arrondissement de Marseille, là où il a grandi.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité