Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti annonce un "plan Marshall" pour la justice marseillaise. Baptisée la Bobigny du Sud, cette juridiction manque cruellement de moyens et de magistrats.

Le ministre de la justice est venu annoncer d'importants renforts pour les tribunaux marseillais. Cette juridiction est la troisième de France après Paris et Bobigny (Seine-Saint-Denis). 

Les renforts en chiffres 

Dans son discours,  Éric Dupond-Moretti a annoncé l'arrivée de 16 nouveaux magistrats pour septembre 2022 : 4 au parquet et 12 au siège. Autres renforts : 10 postes de greffiers. 

"Nous ne sommes pas dupes... les élections présidentielles approchent" sourit Clara Grande, du syndicat des magistrats. "On est tellement à bout de souffle que l'on ne peut que se réjouir. Disons que nous sommes moins désespérés ; le combat continue".  

Le "oui, mais" des magistrats 

"Il y a une prise de conscience et c'est déjà bien. En revanche toutes ses annonces sont ciblées sur le pénal (mais rien pour le tribunal des enfants ). Rien pour la justice civile. Par ailleurs, dans une juridiction, il y a plus de greffiers que de magistrats. Chez nous, ce sera l'inverse ! Notre ministre annonce 10 greffiers supplémentaires, pour 15 magistrats..."

L'entourage du Garde des Sceaux précise que " le rapport commandé était uniquement sur la chaine pénale, c'est donc normal de ne pas parler du civil".

Une cité judiciaire à Marseille pour 2028

Éric Dupond-Moretti promet la construction d'une cité judiciaire de 40.000 mètres carré, pour 600 magistrats et fonctionnaires à l'horizon 2028. En précisant que le lieu n'est pas encore trouvé. Une annonce qui fait sourire la magistrate Clara Grande : " il a fallu 10 ans pour trouver un lieu pour la Maison de la Justice, qui n'est pas très grande ... alors je me permets de douter du délais annoncé ! C'est mal connaitre Marseille". 

Le syndicat regrette également le manque d'échange avec le ministre. " Il a fait son discours puis il est parti. On prend ce qu'on nous donne, mais on attend la suite."

Réaction du barreau de Marseille