L1 : l'OM surfe sur une vague d'enthousiasme après son 2-0 à Monaco

Sans Payet ni Mandanda, mais avec l'épatant Bamba Dieng, auteur d'un doublé pour sa première titularisation, l'OM a confirmé son excellent début de saison en allant s'imposer 2-0 samedi à Monaco. L'effectif marseillais, porté par Sampaoli, fait renaître l'espoir des supporters.
"Bambagoal", auteur d'un doublé pour sa première titularisation de la saison, a fait le bonheur des supporters olympiens
"Bambagoal", auteur d'un doublé pour sa première titularisation de la saison, a fait le bonheur des supporters olympiens © Antoine TOMASELLI/La Provence/MaxPPP

C'est l'épilogue heureux d'une semaine de tous les dangers, avec la décision redoutée de la commission disciplinaire après le fameux Nice-OM, et un match contre l'un poids lourd de la Ligue 1. A l'arrivée, l'OM rejouera sa rencontre avec l'OGC, et signe une victoire éclatante samedi sur la pelouse de la Principauté, avec un Bamba Dieng qui a crevé l'écran.  

Avec ce match maîtrisé, porté par un collectif impressionnant, l'OM s'installe provisoirement sur le podium grâce à ce 3e succès de la saison. Avec, qui plus est, un match en moins, Nice-OM étant à rejouer à une date encore inconnue.

L'absence de joueurs comme Payet, impeccable et décisif depuis le début de la saison, ou encore Gerson avait de quoi inquiéter les supporters. Mais c'était sans compter sur Bamba Dieng, "Bambagoal" nouveau chouchou des supporters, qui a inscrit un doublé puissant au stade Louis-II.

"C'est un match très réussi, sur un terrain difficile, contre un grand adversaire. On est très heureux d'avoir gagné ici et ça doit nous donner conscience de nos qualités", a félicité Jorge Sampaoli en conférence de presse à l'issue du match.

"Ohé, ohé, ohé, Bamba, Bamba"

Malgré les absences et les remaniements du onze de départ de Sampaoli, l'OM a le mérite d'avoir proposé un jeu consistant un soir aussi chargé en nouveautés, avec les premières titularisations de la saison pour Bamba Dieng, Pol Lirola, et les débuts marseillais d'Amine Harit.

Véritable invité-surprise, le jeune Sénégalais de 21 ans a fait des dégâts considérables sur le côté gauche, après deux frappes croisées venues frapper dans les poteaux d'Alexander Nübel et une belle occasion mal gérée. 

Du droit, le jeune attaquant a inscrit le deuxième et troisième but de sa courte carrière à l'OM (37e et 60e) et mis les siens en tête, une position méritée tant les hommes de Sampaoli ont été plus dangereux que des Monégasques passifs. "C'était une folie, nos supporters sont partout [...] Je n'ai pas les mots, mais je suis très heureux", a-t-il confié à l'AFP. 

"Pour moi, Dieng n'est pas une surprise", s'est réjoui Sampaoli. "Il a un très grand potentiel. Je l'ai choisi aujourd'hui car je pensais qu'à ce poste, il pourrait leur faire mal".

Au bout du compte, le succès marseillais dans ce match de gala, disputé devant Didier Deschamps, Ludovic Giuly ou Ricardo Carvalho, est incontestable, rappelant en creux les difficultés monégasques du moment, classés 14e.

Les supporters marseillais, eux, sont heureux. Leur équipe joue bien et après le Vélodrome, ils ont retrouvé Louis-II, un autre de leurs jardins, où ils ont chanté très fort qu'ils étaient chez eux, ce qui samedi, était incontestable.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ligue 1 football sport om as monaco monaco international