"Le prochain spot où boire un coup" : après 360 ans de fermeture, la Citadelle de Marseille ouvre enfin ses portes au public

A partir du 4 mai, il sera désormais possible de visiter le Fort Saint-Nicolas, à l'entrée du Vieux-Port de Marseille. La Citadelle avait conservé son usage militaire pendant près de 360 ans.

D'un fort militaire à un lieu culturel. Construite entre 1660 et 1664, la Citadelle de Marseille — ou Fort Saint-Nicolas — qui surplombe le Vieux-Port ouvre ses portes au grand public à partir de ce samedi 4 mai. Une première depuis plus de trois siècles.

Déjà ouverte ponctuellement au public pour des occasions spécifiques, comme les journées du patrimoine, la Citadelle ambitionne de devenir "un lieu de vie dans lequel les Marseillais et les touristes pourront venir se poser, mais aussi profiter de la programmation culturelle et des visites historiques", a expliqué lundi Mathilde Rubinstein, directrice déléguée de l'association gestionnaire du site.

"Le prochain spot où boire un coup"

Propriétaire du site depuis 2010, la Ville de Marseille a fait le choix en 2021 de signer un bail emphytéotique (bail de longue durée) de 40 ans avec l’association la Citadelle de Marseille (Groupe SOS).

"En signant ce bail avec le Groupe SOS, la Ville de Marseille a fait le choix de soutenir un projet d’envergure, en cohérence avec son souhait de réappropriation de la ville par les Marseillais, a réagi le maire de la ville Benoît Payan dans un communiqué. Un projet qui permettra à chacun de s’emparer de ce lieu remarquable, de le découvrir ou de le faire découvrir et qui favorisera l’émergence d’un véritable laboratoire de réflexion et d’expérimentation autour des enjeux culturels, sociaux et environnementaux du XXI e siècle."

La Citadelle ouvrira ses portes au public tous les week-ends de mai, puis cinq jours par semaine, jusqu'à la tombée de la nuit, à partir du mois de juin.

"Nous savons que nous serons le prochain spot où les gens iront boire un coup en regardant le coucher de soleil sur la mer et le port", souriait la dirigeante de l'association Citadelle de Marseille, créée dans le cadre du groupe SOS, spécialisé dans l'entrepreneuriat social.

Un monument historique restauré

Symbole de l'autorité royale depuis sa construction sous Louis XIV, le fort avait été partiellement détruit par les révolutionnaires en 1789, puis restauré par Napoléon.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il avait été utilisé par le régime de Vichy — qui y emprisonna notamment l'ancien ministre Jean Zay — puis par l'occupant nazi, avant d'être récupéré par l'armée française pour en faire un laboratoire de recherche concernant les maladies tropicales. La Citadelle a finalement été léguée par l'armée à la ville de Marseille en 2010.

Classée "monument historique" en 1967, les premiers travaux de restauration avaient débuté dès 2003 sous l'égide de l'association "Acta Vista", spécialisée dans ce genre de chantiers avec des personnes en situation précaire. Cette association fait partie des 650 entités qui composent le groupe marseillais SOS.

"En vingt ans, près de 7 000 demandeurs d'emplois sont passés sur le chantier, sur la voie de la réinsertion professionnelle", se félicitait lundi la directrice déléguée d'Acta Vista, Pâquerette Demotes-Mainard.

Le chantier a en effet servi de tremplin à 90% des ouvriers qui y sont passés, "pas nécessairement dans le secteur du bâtiment historique", a-t-elle précisé, même si tous ont été formés au métier "sur le tas", à mesure que le chantier avançait.

Cette première étape de rénovation atteinte, la ville de Marseille avait délégué en 2021 la gestion du fort à l'association "Citadelle de Marseille". 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité