Flamme olympique à Marseille : 1000 bateaux, 150 000 spectateurs... Cinq chiffres un peu fous sur l'arrivée du flambeau en France

Plus sur le thème :

Voilà 100 ans que la France attendait ce retour de la flamme olympique. C'est à Marseille qu'elle débarquera pour la première fois de son histoire le 8 mai 2024. Voici cinq chiffres un peu fous qui vont auréoler le passage de la flamme olympique dans la cité phocéenne.

Allumée à Olympie en Grèce mardi 16 avril, la flamme doit arriver en France le 8 mai, en accostant dans le port de Marseille à bord du célèbre bateau le Belem. Un accostage qui promet déjà d'être mythique et très suivi. Le symbole des JO effectuera ensuite un long parcours, pour arriver à Paris le jour de la cérémonie d'ouverture, le 26 juillet.

>> Flamme olympique à Marseille : transports, tunnels, à quelles perturbations de circulations faut-il s'attendre les 8 et 9 mai, voire même avant ?

Voici cinq chiffres impressionnants sur l'arrivée de la flamme en Provence.

11 jours de voyage en mer depuis Athènes

Ce n'est pas à Athènes, mais bien à Olympie, dans le sud de la Grèce continentale, que la flamme renaît, allumée mardi 16 avril en milieu de journée sur le site antique, à 100 jours de la cérémonie d'ouverture des JO le 26 juillet. Mais la flamme n'embarquera que le 27 avril à bord du trois-mâts Belem dans le port grec du Pirée, pour rejoindre Marseille, le 8 mai, après 11 jours de traversée.

"Pour le navire, c'est l'événement de sa vie", s'est réjouit Christelle Hug de Larauze, déléguée générale de la fondation Belem.  A bord, 16 jeunes ont été choisis pour faire la traversée entre la Grèce et la France. Ce sont les éclaireurs de la flamme.

1000 bateaux pour la parade 

Près d’un millier de navires accompagneront le Belem dans la rade de Marseille jusqu'à l'entrée du Vieux port. Tous les Marseillais, propriétaires d'une embarcation, peuvent y participer sur inscription.

"C'est une très grosse parade", affirme Jean-Pierre Churet, coordinateur nautique du comité départemental 13. Le 8 mai, à son arrivée à Marseille avec la Flamme Olympique à son bord, le Belem réalisera une parade maritime dans les rades nord et sud, avant de faire une entrée magistrale dans le Vieux-Port.

"C'est un évènement historique, et il faut que le maximum de gens qui aiment la mer, de Marseille ou des environs, participent, et prennent du plaisir, à cet évènement qui n'aura lieu qu'une fois dans notre vie", se réjouit Jean-Pierre Churet.

150 000 spectateurs

Près de 150 00 personnes sont attendues sur le Vieux-Port pour accueillir la flamme. Mais seulement 45 000 personnes pourront assister au concert du chanteur Soprano et du rappeur Alonzo sur la scène flottante le soir du 8 mai. Dans un communiqué en date du 4 avril dernier, Coca-Cola, sponsor du relais de la flamme, précisait que le spectacle aurait lieu sans réservation. Le lendemain, c'est aussi Soprano qui sera le dernier porteur de la flamme à Marseille. 

"La flamme va entrer en France par la ville grecque, Massalia. Avec cette arrivée sur le Belem, il va y avoir des images exceptionnelles et mémorables", a déclaré Samia Ghali, adjointe au maire de Marseille, lors d’une conférence de presse le 16 avril.

5000 policiers et gendarmes

Le dispositif de sécurité à Marseille pour accueillir la flamme est exceptionnel, selon le ministère de l’Intérieur. Quelque 5000 policiers et gendarmes baliseront le parcours de la flamme. Sans compter un important dispositif de sécurisation de la torche olympique en elle-même : une centaine de policiers et de gendarmes se relaieront dans la bulle de sécurisation de la flamme.

Des gardiens de la flamme seront en quelque sorte la garde rapprochée du porteur. Neuf policiers et neuf gendarmes sont là pour empêcher tout incident et intrusion.

Le principal risque de perturbation émane de collectifs "environnementalistes d'ultra-gauche", avait spécifié le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 22 janvier dernier, citant "Saccage 2024", "Dernière Rénovation" et "Les Soulèvements de la Terre".  "À ce stade, il n'y a pas de velléités de l'ultra-droite", avait-il assuré. Sans compter bien sûr le risque terroriste.

En plus de la bulle de sécurité, d’autres policiers et gendarmes, dont le GIGN et des équipes anti-drones, intégreront le convoi.

1,6 million d'euros de budget

La fête olympique sur le Vieux Port a un coût : les collectivités prévoient un budget d'1,6 million d'euros, indique La Provence. Le Monde chiffre quant à lui à 1,8 million d’euros, linvestissement réalisé par la Ville, la région, la métropole et le département.

Les territoires sont censés débourser 150.000 euros pour voir passer la flamme. La sécurisation du parcours coûtera 1 million d'euros au ministère de l'Intérieur, a révélé Gérald Darmanin.

Concernant la marina olympique du Roucas Blanc, qui accueillera les épreuves de voile, le maire de Marseille a justifié l'augmentation de la facture "de 38 à 45 millions d'euros" par l'augmentation du coût des matériaux et la durabilité du projet.