Législatives 2022 : y-a-t-il eu un salut nazi d'un soutien RN de la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône ?

Publié le Mis à jour le

La photo a été mise en ligne par l’association Visa, une intersyndicale antifasciste. On y voit Enzo Alias Blanes, ancien candidat RN aux départementales, soutien de Gisèle Lelouis, candidate RN aux législatives effectuant un salut nazi. Enzo Alias Blanes dénonce un photomontage et porte plainte. Nous avons vérifié.

Tenue de plage, sourire aux lèvres sur une première photo au bord l’eau, Enzo Alias Blanes a l’air de prendre du bon temps. Sur une deuxième photo similaire, l’ancien candidat Rassemblement national aux élections départementales de 2021, se laisse aller, à faire un salut nazi.

Sur ce cliché, la main tendue cache le visage d’Enzo Alias, mais elle semble bien prise quelques secondes après la première photographie : l’homme en maillot de bain, toujours sur la plage, porte un ami.

Ces photos, ont été publiées par l'association VISA, dans un post sur les réseaux sociaux du 14 juin. Il s’agit d’un consortium de syndicats (Solidaires, Sud Educ, CGT, CNT…) engagé dans la lutte contre "l’implantation et l’audience de l’extrême-droite dans le monde du travail".

"Un photomontage" réalisé par Reconquête ? 

Contacté, Enzo Alias Blanes soutient que la photographie "est un photomontage". Il explique avoir porté plainte pour diffamation contre Visa, ainsi qu'à l'encontre de toute personne relayant le post. Il aurait ainsi déposé quatre plaintes. L'une d'elles concerne aussi Emmy Font, collaboratrice de l'ex- sénateur RN Stéphane Ravier.

"Deux mains courantes pour violences envers sa compagne, une photo le bras tendu, mais cet individu est toujours responsable GN dans les BDR et apparaît sur les clips de campagne des candidats", indique-t-elle.

D'après nos informations, Enzo Alias Blanes a bien fait l'objet de deux mains courantes en 2018 et 2020. L'ancien candidat aux départementales de 2021 a aussi fait l'objet de deux demandes d'exclusion du Rassemblement national, qui n'ont pas été suivies d'effet.

Selon le militant RN, ces images auraient été produites par "des membres locaux de Reconquête", le parti d’Eric Zemmour. "Je ne sais pas d'où vient la photo originale", explique-t-il. 

"J’ai été agressé en février par l'un d'entre eux à Marseille. J’ai porté plainte. Et j’ai été intimidé pour retirer ma plainte". Enzo Alias explique que quelques jours après son refus de retirer sa plainte, "le photomontage est sorti sur les réseaux sociaux".

Nous avons retrouvé un tweet publié le 3 mars 2022, publié par un groupe intitulé RNZ-RN avec Zemmour, interpellant les cadres du Rassemblement national.

Sur ces clichés, la photo entière cette fois révèle trois hommes debout et un dans leurs bras. Seul le visage d'Enzo Alias Blanes est reconnaissable. Les autres hommes ont été floutés. Les quatre hommes effectuent le salut nazi.

"Je sais qu’en politique tout est permis, aller jusqu’à là, c’est lamentable", conclut Enzo Alias Blanes. 

 Différents filtres ne détectent pas d'anomalie

Reste à savoir si Enzo Alias Blanes et ses deux acolytes ont bien effectué un salut nazi. Nous avons confié l'analyse de ces photos aux Révélateurs de France Télévisions. Cette cellule d'experts nous aide à analyser les photos et/ou vidéos amateurs qui circulent sur les réseaux sociaux pour en attester l'origine.

Pour cette analyse, le logiciel Invid Project a été utilisé. L'outil "Forensic" propose plusieurs filtres pour analyser les images. Nous avons utilisé le filtre ELA (Error Level Analysis). Il permet d'identifier les différences de niveaux de compression au sein d'une image JPEG.

Selon l'analyse de compression des pixels de l'image, aucune anomalie n'est détectée, que ce soit au niveau du bras, du visage, ni ailleurs. Pour aller plus loin, la photo a été passée dans cinq autres filtres. Là encore aucune anomalie n'a été détectée. Si comme l'indique Enzo Alias Blanes il s'agit d'un photomontage, le bras nazi rajouté serait en surbrillance.

Le résultat traduit donne à gauche la similitude des pixels entre les deux photos produites par l'association VISA . À droite, l'image est même totalement noire, aucun pixel en surbrillance.

Pour la cellule des Révélateurs, "s'il n'est pas possible d'affirmer qu'il ne s'agit pas d'un photomontage, on est très loin d'une retouche amateur pour arriver à un tel résultat".

L'analyse de la seconde photo produite sur le groupe intitulé RNZ-RN avec Zemmour ne traduit également aucune différence de pixels entre les quatre saluts nazis qui auraient été photomontés.

En revanche, l'ajout du filtre flou sur les visages des personnes à gauche et à droite et dans les bras d'Enzo Alias Blanes, est bien détecté par le logiciel.

Pour bien comprendre, voici l'exemple d'une photo retouchée, dont le texte sur la banderole a été changé. Avec le filtre ELA, la différence de compression des pixels apparait déjà en blanc.

Visa "alerte sur la dangerosité du Rassemblement National"

Cédric Bottero, le Président de Visa et marseillais, indique ne pas se faire le relais des publications de Reconquête. Mais il affirme que Visa a obtenu ces clichés "via d’autres sources sûres".

Selon lui, l’objectif est de "prouver que le RN est un parti fasciste, contrairement au travail de dédiabolisation qu’il entreprend depuis dix ans". Cédric Bottero ajoute : "en montrant d’où viennent leurs membres, on alerte sur la dangerosité de RN".

Le président de Visa affirme enfin ne pas avoir encore connaissance d’une éventuelle plainte pour diffamation à son encontre.

Enzo Alias Blanes, lourd soutien de Gisèle Lelouis ? 

On y voit Enzo Alias Blanes, tract à la main, en soutien à Gisèle Lelouis. Cette dernière est en ballotage avec Mohamed Bensaada, candidat LFI-NUPES. Au premier tour, la candidate RN avait obtenu 25.34% des voix, 27.73% pour la NUPES.

Contactée par téléphone, Gisèle Lelouis exprime son "total soutien" à celui qui lui "donne un coup de main" pour sa campagne. 

Si la candidate RN admet que la situation est "un peu embarrassante", elle ajoute qu'elle "ne doute pas de sa bonne foi. Si Enzo dit que c'est un faux, pour moi il n'y a pas d'ambiguïté". 

Tout comme son conseiller, Gisèle Lelouis reconnaît des différents avec des membres marseillais de Reconquête, ceux-là même qui ont quitté le Rassemblement national au début de la campagne présidentielle, comme l'ex-sénateur Stéphane Ravier. 

"J'essaie de faire abstraction de toutes ces attaques", conclut-elle. Les électeurs en feront-ils autant?