Marseille : 4 questions sur la grève du ramassage des poubelles qui touche la ville

Depuis une semaine, les poubelles s'amassent dans certains arrondissements de la ville. Les éboueurs sont en grêve à cause d'un conflit avec leur direction. 

Des poubelles s'amassent dans plusieurs quartiers de la ville.
Des poubelles s'amassent dans plusieurs quartiers de la ville. © Virginie Danger / FTV

Des amas de déchets sont visibles dans de nombreuses rues de Marseille. La cité phocéenne est une nouvelle fois touchée par une grève des éboueurs. Depuis le jeudi 17 décembre, les salariés de Derichebourg, l’entreprise chargée du ramassage des ordures pour le compte de la métropole dans trois arrondissements de la ville, ont cessé le travail. France 3 vous résume ce conflit en quatre questions.

• 1. Pourquoi les éboueurs sont-ils en grève ?

Les éboueurs réclament le départ d'un de leurs directeurs et d'un directeur adjoint. Les salariés de Derichebourg les accusent de harcèlement, de sanctions disproportionnées et affirment subir des pressions quotidiennes. 

"Pour un accrochage, j'ai eu cinq jours de mises à pied. En période de Noël, l'entreprise m'a retiré 500 euros", indique un des salariés à France 3. L'ensemble des 222 salariés sont en grève actuellement.

"On a eu des jours de mises à pied. On est constamment sous pression", explique un autre salarié à France 3.

"Nous tentons de régler le conflit en relation seulement avec nos collaborateurs et leur représentant", écrit la direction dans un communiqué transmis à France 3.

• 2. Quels sont les arrondissements touchés ?

Derichebourg est l’entreprise chargée du ramassage des ordures pour le compte de la métropole dans les 2e, 15e et 16e arrondissements de la ville. Les poubelles s'y accumulent chaque jour.

Comme rue de la République, près de 550 tonnes de déchets n'ont pas été ramassées dans les trois arrondissements de Marseille.

Les autres arrondissements ne sont pas concernés par cette grève.

• 3. Quand le ramassage va-t-il reprendre ?

Faute d'accord entre la direction et les salariés, aucune date de redémarrage du ramassage des déchets n'est envisagée. Pour le moment, les habitants des 2e, 15e et 16e arrondissements vont devoir s'armer de patience, sauf si le conflit se règle rapidement.

"On espère ne plus voir rapidement ce tas de poubelles. Ca pue et surtout quelle image ça donne de notre quartier et de la ville", rapporte Amandine, habitante du 15e arrondissement. 

• 4. Quelle est la réaction de la Métropole ?

Certains salariés occupaient jeudi 24 décembre un centre de transfert des ordures ménagères du sud de la ville, à la Capelette. Le blocage des centres de transfert paralyse plusieurs communes des Bouches-du-Rhône.

Hier, la Métropole, en charge de ce dossier, a réuni les syndicats et les représentants de la direction de l'entreprise pour essayer de mettre fin à la grève. À l'issue de cette rencontre, aucune issue n'a été trouvée. La Métropole a décidé de saisir les "forces de police pour en libérer l’accès" et a interpellé le préfet.

"Nous avons fait faire des expertises pour qu'ils prouvent au préfet que les rues de Marseille soient reconnues insalubres", déclare Roland Giberti, président du conseil de territoire Marseille-Provence.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers grève économie social