Marseille : trois personnes mises en examen dans l’enquête sur la mort d’un jeune homme abattu chez un fleuriste

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Odile

L'enquête ouverte par le parquet de Marseille pour des chefs d'homicide volontaire en bande organise et association de malfaiteurs a permis de confirmer l’implication de plusieurs personnes dont une femme, dans le meurtre du jeune comorien. Trois personnes sont mises en examen.

Le parquet de Marseille confirme qu'"une information judiciaire a été ouverte des chefs d' Homicide volontaire avec préméditation en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de commettre un crime, acquisition et détention d’armes de catégorie A et B et transport en réunion d’arme de catégorie B".   

La procureure de la République Dominique Laurens précise que "trois personnes ont été déférées ce samedi 8 janvier au magistrat instructeur et mis en examen".

Il s'agit d'un homme âgé de 25 ans placé en détention provisoire ( avec deux antécédents judiciaires ) .         

Un homme âgé de 28 ans placé en détention provisoire ( avec 12 antécédents judiciaires ) .

Une femme âgée de 22 ans incarcérée provisoirement ayant fait une demande de débat différée ( sans antécédent judiciaire ).       

Les deux autres personnes placées en garde à vue ont été remises en liberté

Rappel des faits

Mardi dernier un jeune homme de 21 ans était abattu par balles chez un fleuriste du 15e arrondissement de Marseille, alors qu'il passait commande pour ses fiançailles.

Une femme complice

L'enquête ouverte par le parquet a permis d'établir que les deux auteurs des faits ont été assistés par une femme, a indiqué la Procureure de la République de Marseille Dominique Laurens.

Selon le résultat des investigations, elle se trouvait au volant de la voiture avec laquelle ils ont pris la fuite. Le véhicule a été retrouvé abandonné au lieu dit "Ruisseau Mirabeau".

L'enquête a également permis de confirmer que la victime, un comorien de la Cité de la Renaude sans antécédent judiciaire, a été tuée par des armes de poing de calibre 9mm, probablement deux.

Un arsenal d'armes découvert aux domiciles

À l’aide du réseau de caméras de surveillance, la direction zonale de la police judiciaire de Marseille a rapidement reconstitué le trajet effectué par le véhicule des auteurs puis identifié trois malfaiteurs. Ces derniers ont été  interpellés le jour même à Brignoles.

Les perquisitions effectuées dans leurs domiciles respectifs ont permis la saisie de tout un arsenal : deux fusils à pompe dont un à canon scié, de nombreuses cartouches de différents calibres, un pistolet mitrailleur Scorpio approvisionné, un pistolet CZ avec deux chargeurs garnis, un fusil d'assaut Kalashnikov avec chargeurs et munitions, un pistolet automatique, une compteuse à billets, un gilet pare balle, une balise, des micros caméras, plusieurs téléphones portables, des talkie-walkie et des gyrophares. Des éléments sur lesquels ils devront s'expliquer.