Marseille : deux mineurs incarcérés après 21 cambriolages

L'enquête portant une série de vols par effraction et par escalade commis cet été dans les quartiers du 7ème arrondissement de Marseille vient d'être résolue. Deux mineurs ont été identifiés et mis en examen.

La série de cambriolages s'est produite dans ces trois quartiers du 7ème arrondissement de Marseille, cet été.
La série de cambriolages s'est produite dans ces trois quartiers du 7ème arrondissement de Marseille, cet été. © Google Map
Juillet 2020 : Une série de vols par effraction et par escalade est commise. 
 
Bilan : 21 cambriolages, tous regroupés dans le 7ème arrondissement de Marseille, dans les quartiers de Saint-Victor, d’Endoume et du Roucas-Blanc, et dont le butin s’élève à plusieurs milliers d’euros.  

"Ça comprend des effets personnels comme des portables, des vélos, ou tout ce qui pouvait leur tomber dans la main", selon une source proche du dossier.  
Octobre 2020 : La division centre de Marseille, en charge de l’affaire depuis cet été, vient de clôturer l’enquête.  

Entre témoignages récoltés auprès du voisinage et exploitation de vidéos de surveillance, les policiers sont arrivés à mettre un nom et un visage sur chaque individu à l’origine de ces multiples délits.  

Il s’agit de deux mineurs, nés en 2003 et 2004, déjà connus des services de police pour des faits similaires de petite et moyenne délinquance. Ceux-ci ont pu être identifiés car ils portaient très souvent le même type de vêtements. 

Le 15 octobre dernier, les deux jeunes ont été extraits et placés en garde à vue. S’ils ont reconnu leur participation, ils ont tout de même longtemps minimisé les faits.  

Déférés au tribunal judiciaire et présentés devant un juge pour mineurs, ils ont réintégré dans la foulée l’établissement pour mineurs (situé dans le 11ème arrondissement), dans lequel ils avaient déjà été incarcérés auparavant.  

Cette nouvelle mise en examen est le "résultat fructueux d’une enquête de longue haleine menée par la division centre le groupe d’identité judiciaire qui a, lui, réalisé les prélèvements d’emprunte".  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers police sécurité police à marseille