Marseille : enquête ouverte par l'IGPN après un tir de LBD sur un mineur

ILLUSTRATION - Des policiers équipés de Lanceurs de balle de défense (LBD40), lors d'une manifestation en mai 2019. / © SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP
ILLUSTRATION - Des policiers équipés de Lanceurs de balle de défense (LBD40), lors d'une manifestation en mai 2019. / © SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP

L'IGPN a été saisie après la plainte d'un adolescent, blessé en marge d'une manifestation de "gilets jaunes" fin 2018 à Marseille, et qui dénonce un tir de LBD en pleine tête et de dos, a-t-on appris mardi auprès du procureur de la République de Marseille
 

Par GB / France 3 Provence-Alpes (avec AFP)

Le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux a confirmé mardi avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) à la suite d'une plainte déposée fin mai par l'avocat de la victime, confirmant une information de Mediapart.

Selon cette plainte pour "violences aggravées", les faits se sont produits le 8 décembre 2018 dans le centre-ville de Marseille, non loin du lieu où habite l'adolescent, alors âgé de 14 ans et qui ne participait pas à la manifestation.

Il se trouvait avec sa soeur lorsqu'il a été "tout à coup" encerclé par des policiers, rapporte la plainte. "Voulant se défendre, il a jeté un trognon de pomme en direction des policiers", a précisé son avocat Me Brice Grazzini. "Il a été identifié et touché ensuite en pleine tête et de dos", au lanceur de balle de défense (LBD), ajoute le conseil, contacté par l'AFP.
 
La manifestation des gilets jaunes le 8 décembre 2018 à Marseille (Bouches-du-Rhône), avait donné lieu à des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. / © BORIS HORVAT / AFP
La manifestation des gilets jaunes le 8 décembre 2018 à Marseille (Bouches-du-Rhône), avait donné lieu à des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. / © BORIS HORVAT / AFP

L'adolescent qui a perdu connaissance quelques instants, a passé une nuit à l'hôpital. Il souffre d'un traumatisme crânien et d'une "fracture occipitale", et s'est vu prescrire 21 jours d'incapacité temporaire totale (ITT), selon la plainte.

L'avocat regrette que le commissariat où l'adolescent s'était rendu avec sa mère ait refusé de prendre ensuite une première plainte : "Cela empêche de prendre rapidement en compte la gravité de l'infraction, et de saisir les images de vidéosurveillance" en temps utile, dénonce-t-il.

Le samedi 8 décembre avait été le plus tendu à Marseille depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", auquel s'étaient ajoutées une marche pour le climat et une autre contre le logement insalubre. De violents heurts avaient éclaté en fin de journée, et 42 personnes interpellées.

Une autre enquête est en cours à l'IGPN sur les blessures d'une jeune femme de 19 ans, Maria, qui affirme, images à l'appui, avoir été matraquée et rouée de coups le même soir, à quelques rues de là, par des policiers en civil.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus