• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : les enseignants en tête de la manifestation

© France 3 Provence-Alpes
© France 3 Provence-Alpes

En première ligne de la mobilisation ce mardi, on trouvait les enseignants. Ils se considèrent comme les parents pauvres de la fonction publique, avec la suppression des contrats aidés et le retour du jour de carence. Depuis un mois, les profs sont remontés contre les mesures du gouvernement.

Par Nathalie Deumier

La mobilisation était forte ce mardi dans les rues de Marseille. Forte mobilisation en général et des enseignants en particulier. Ils ont défilé en tête de cortège et lancé un message fort au président Macron.

On n'avait jamais vu une grève aussi bien suivie en début de quinquennat. C'est un avertissement sérieux pour Emmanuel Macron, 

déclare Laurent Tramoni, secrétaire académique du SNES-FSU Aix-Marseille.

Après le gel des salaires et la suppressions de postes, les syndicats ont un nouveau cheval de bataille : les contrats aidés. Dans certaines écoles, les répercussions sont importantes.

A Saint-Exupéry, 30 postes sont supprimés. Dans la surveillance, le ménage et l'administration, ça pèse très lourd dans la vie d'un établissement,

nous explique Hélène Ohresser, représentante Sud-Solidaires.

Dans cette manifestation, tous ont voulu démontrer l'importance des services rendus au public. Une nouvelle action nationale est prévue après les vacances de la Toussaint. Reste à savoir si la CGT et FO s'accorderont pour défiler ensemble.

Un reportage de Ghislaine Milliet-Bouquet et Malik Karouche :

Manifestation service public
Beaucoup de parents d'élèves ont trouvé porte close ce matin devant les établissements scolaires. Il faut dire qu'en première ligne de la mobilisation sociale aujourd'hui on trouvait les enseignants.

Intervenants du reportage : 
- Laurent Tramoni, secrétaire académique du SNES-FSU Aix-Marseille
- Hélène Ohresser, représentante Sud-Solidaires
- Anne Raymond, déléguée CGT Pôle emploi
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du colonel Jacques Baudot, SDIS 83

Les + Lus