Marseille : à l'hôpital de la Timone, des fresques d'artistes pour égayer le couloir du service pédiatrie

Trois fresques réalisées par des artistes sont déjà installées dans le couloir du service pédiatrie, du côté des consultations. Le but est d'égayer les murs blancs de ce vieux bâtiment de l'hôpital de la Timone à Marseille. Une idée qui ravie tout le monde et surtout les enfants.

Marseille (Bouches-du-Rhône) : des fresques peintes par des artistes pour égayer le service pédiatrie.
Marseille (Bouches-du-Rhône) : des fresques peintes par des artistes pour égayer le service pédiatrie. © La Timone

« Regarde maman, le Titi du dessin animé ». Pendant qu'elle dessinait sa fresque avec le petit canari jaune, Maud B - artiste peintre - vivait en direct les réactions des enfants. 

« La fresque interpelle tout le monde différemment. Les soignants s'arrêtent pour observer la mer et le bâteau, les plus petits ne remarquent que le personnage de la même couleur que le soleil » s'amuse-t-elle.

Maud fait partie des trois artistes dénichés par le Rotary Marseille Horizon pour égayer les couloirs du service de consultations pédiatriques en cardiologie de l'hôpital de la Timone à Marseille.

Hôpital de la Timone (Marseille) : Maud B a presque fini sa fresque dans le couloir du service pédiatrie.
Hôpital de la Timone (Marseille) : Maud B a presque fini sa fresque dans le couloir du service pédiatrie. © La Timone

Donner vie à un vieux bâtiment

Caroline Chagny, présidente de l'assocation, explique que cette action leur tenait à cœur depuis longtemps. Le Rotary Marseille Horizon s'occupe de récolter des dons pour financer le matériel de peinture : 

« Face à l'engouement des parents et des enfants devant les trois premières fresques, on recherche d'autres artistes qui seraient prêts à peindre bénévolement. L'idéal serait de réaliser dix fresques au total ». Vous pouvez les contacter au : rotary.marseille.horizon@hotmail.com.

Pour l'instant, les fresques ne sont affichées que dans le service des consultations pédiatriques et pas celui des hospitalisations même si, à terme, elles pourraient s'étendre.

« Peindre dans un endroit comme celui-ci c'est particulier. On est imprégné de l'atmosphère : les pleurs des enfants et l'inquiétude des parents » souligne Maud B qui a tenu à représenter la mer comme un moyen d'évasion. 

De l'art pour rassurer les enfants

Au départ, le service de cardiologie pédiatrique de l'hôpital de la Timone essayait surtout de pallier des conditions d'accueil et de travail compliqués dans un bâtiment vétuste qui mériterait d'être entièrement rénové. 

 « On nous fait des promesses depuis des années notamment de la construction d'un nouveau bâtiment. En attendant, les murs ont simplement été repeints en blanc l'an dernier » explique la cheffe du service Pr Viginie Fouilloux. 

Les artistes ont carte blanche pour enjoliver le couleur à une seule condition « ne pas dessiner des personnages Disney ou de Marvel ». Les soignants sont très contents du résultalt : 

 « C'est beaucoup moins anxiogène pour les enfants qui peuvent patienter plus calmement en regardant les fresques avant une consultation ».

Il reste encore une grande partie des murs à recouvrir : n'hésitez pas si vous êtes artiste.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société art culture