Marseille: l'AP-HM lance sur une enquête interne sur des dysfonctionnements à l'IHU

Publié le
Écrit par Annie Vergnenegre
Didier Raoult à sa comparution devant le conseil de l'ordre à Bordeaux.
Didier Raoult à sa comparution devant le conseil de l'ordre à Bordeaux. © PHILIPPE LOPEZ / AFP

Suite à des révélations publiées par Mediapart concernant la falsification de résultats scientifiques pour démontrer l’efficacité de l'hydroxychloroquine à l'IHU de Marseille, l'AP-HM annonce qu'elle lance une enquête interne pour "confirmer la véracité des faits rapportés".

Selon Mediapart, "Didier Raoult est lâché par ses propres équipes".  Le site d'information révèle ce vendredi que des membres de l'Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille accusent leur directeur d'avoir falsifié les études sur l'efficacité de l'hydroxycholoroquine contre le Covid-19.

Les équipe ont été auditionnés en octobre sur leurs conditions de travail. A cette occasion plusieurs collaborateurs du professeur Raoult auraient dénoncé des pressions exercées par ce dernier et la falsification de résultats scientifiques pour démontrer l’efficacité du traitement qu'il promeut depuis le début de la crise contre l'avis d'autres scientifiques.

Mediapart explique eu avoir pu consulter un compte rendu de ces entretiens conduits, notamment, par l’Université d’Aix-Marseille, l’Inserm et l’AP-HM.  

Après la publication de l'article, l'AP-HM a réagi dans un communiqué.

"Les faits rapportés s’ils étaient avérés, constitueraient des dysfonctionnements graves", déclare l'AP-HM qui annonce lancer "une enquête interne afin de confirmer le cas échéant la véracité des faits rapportés par la presse".   

Le 5 novembre dernier, le professeur marseillais a été convoqué la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins à Bordeaux  pour entorse au code de déontologie.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.