Marseille : les passagers des bateaux reniflés par Inslag, la chienne anti covid des marins-pompiers

Le Girolata, navire de la compagnie "La Méridionale" est attendu au port ce lundi après-midi, par les familles des passagers venus les chercher mais aussi par Inslag, jeune berger hollandais de 7 ans des marins-pompiers, aguerrie dans la traque du covid.Les 350 passagers vont passer sous son flair.

Statique, les oreilles droites et le flair en alerte, Inslag attend que les premiers passagers avancent.

Inslag, veut dire impact en néerlandais.

Près de 350 voyageurs en provenance de Tanger sont prêts à débarquer du Girolata, navire de La Méridionale.

Passage ultime avant de quitter le port, le test covid, pas PCR, mais celui du flair d'Inslag, la chienne anti-covid du Bataillon des marins-pompiers de Marseille.

Bien évidemment, cette berger hollandais de sept ans, ne va pas renifler les 350 personnes, seulement un échantillon tiré au sort de façon aléatoire, 10 % représentatifs des passagers, sélectionné par la compagnie maritime elle-même.

Sous le regard du bataillon de marins-Pompiers, Inslag va flairer les voyageurs à la recherche d'une odeur en particulier.

Après des mois d'entraînement, la chienne sait reconnaître les personnes positives au covid, selon les marins-pompiers.

Si elle réagit, en principe en aboyant, le passager sera alors obligé de réaliser un test PCR classique, pour confirmer ou infirmer l'intuition canine.

 Le Covid a une odeur ?

 "Toutes les infections ont une odeur", explique l'officier chargé de la communication du bataillon des marins-pompiers. "Les molécules réagissent quand elles sont infectées." L'odorat humain ne peut pas les détecter, l'odorat canin doit apprendre à le faire.

Les marins-pompiers, et plus particulièrement les spécialistes cynotechniques, forment cette chienne à la détection du coronavirus depuis près d'un an.

Une formation complète requiert près de 18 mois, ce qui veut dire qu'Inslag est encore en train d'apprendre aussi.

"Les premiers résultats, notamment conduit au sein de l'aéroport Marseille-Provence, sont concluants. C'est en ce sens que les opérations de ce type vont se poursuivre et monter en puissance", expliquent les marins-pompiers.  

D'autres chiens vont prochainement venir épauler Inslag au sein du bataillon, dans la traque du covid et les autres maladies au même titre que les chiens de recherche de personnes ensevelies.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société pompiers faits divers