Marseille : les musulmans font entendre leur voix face au terrorisme

Face à l’attentat perpétré à Nice dans la basilique ND de l’Assomption, de nombreux musulmans font entendre leurs voix pour dénoncer cet acte de violence.
A Marseille, par voie de presse, et sur les réseaux sociaux, beaucoup ont tenu à exprimer leur soutien à la communauté chrétienne.
Les musulmans ont fait une prière à Notre-Dame de la Garde pour les victimes de l'attentat de Nice
Les musulmans ont fait une prière à Notre-Dame de la Garde pour les victimes de l'attentat de Nice © X. Schuffenecker/FTV
Plusieurs personnes de la communauté musulmane se sont données rendez-vous symboliquement hier soir à Notre-Dame de la Garde, pour prier au sein de la basilique et déposer des fleurs blanches.

"Nous étions quelqu’uns à échanger sur les réseaux sociaux, et l’idée nous est venue spontanément, de partager la douleur avec nos frères chrétiens", exprime Kader Goual, musulman marseillais.

"Nous voulions leur dire que ce sont nos frères et qu’à chaque fois que quelqu’un leur fait du mal, il nous fait du mal à nous. On est dans la même histoire...

Et on ne peut pas accepter la violence d’où qu’elle vienne, y compris de gens qui se disent « des religieux ».


Kader Goual, musulman

"Avant tout, c’est l’amour qui compte. Et je pense à cette femme, parmi les trois tués, dont les derniers mots ont été de dire à ses enfants qu’elle les aimait. Je suis moi-même père de famille et c’est insupportable".

Kader Kasmi, élu de la mairie des 13-14e de Marseille, a rejoint le groupe à Notre-Dame de la Garde.

« Ces gens là qui tuent et assassinent, ce sont des sectes", dénonce-t-il. "Nous devons tous nous mobiliser aujourd’hui, citoyens Français pour empêcher ces personnes de continuer à sévir".

L’islam politique, nous n’en voulons pas. Nous avons l’islam de spiritualité et nous ne voulons surtout pas qu’on nous assimile à ces gens-là.


Kader Kasmi, musulman


Plusieurs prêtres et imams marseillais ont signé ensemble un communiqué pour dénoncer ce qu'ils dénoncent comme "un lâche attentat".

"Nous voulons continuer  à avancer les uns avec les autres, unis dans la fraternité, dans le respect et dans la foi en Dieu", précisent les signataires parmi lesquels plusieurs imams des quartiers nord de la ville comme Abdessalem Souiki, Mohsen Ngazou, et Haroun Derbal. Et aussi les pères  Thierry Alfano, Jean-Louis Barrain, Philippe Barrucand.

"Nous déclarons –fermement- que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme,  ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang".

Dans un tweet, le collège-lycée musulman de Marseille Ibn Khaldoun va dans le même sens : "Affligés par la terrible nouvelle, nous adressons notre soutien et notre sincère affection aux familles des victimes et à nos amis catholiques".
L’association France Tunisie Amitié et Développement pour sa part, "condamne avec la plus grande fermeté cet attentat ignoble", au travers d'un communiqué.

"Nous devons plus que jamais rester unis et solidaires contre le terrorisme et contre toute forme de violence », précise son président Mohamed Dhahri.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat de nice faits divers terrorisme religion société