Marseille : sept personnes poursuivies pour des dépôts sauvages sur la voie publique

320 tonnes de déchets sauvages ont été nettoyées dans le 15e arrondissement de Marseille depuis près d'un an. Des professionnels organisaient le ramassage et l'abandon sur la chaussée. Sept personnes sont poursuivies, dont un garagiste et une entreprise de BTP.

Un reste de carcasse de caravane, des tas de pneus, des gravats... les déchets sauvages défigurent régulièrement certains quartiers de Marseille. 

Depuis le mois de décembre 2020, ces dépôts se répètent au niveau de la rue Cazemajou et de ses alentours dans le quartier d'Arenc (15e). 

Le commissariat de police local et les services de la Métropole Aix-Marseille-Provence ont réalisé 14 opérations de nettoyage.

Un total de 320 tonnes de déchets et 112 véhicules ont été retirés, indique la procureure de la République, Dominique Laurens, dans un communiqué. 

Pas question de laisser les pollueurs s'en tirer à si bon compte. Le parquet de Marseille a ouvert une enquête confiée à la Division Marseille Nord de la Direction départementale de la sécurité publique.

Identifiés par la vidéo surveillance

Les enquêteurs ont découvert un juteux business autour de ces déchets. "Des individus proposaient à des particuliers ainsi qu’à des entreprises de BTP et des garages automobiles de les débarrasser de leurs encombrants, gravats, véhicules et pneus usagés moyennant rétributions", explique le parquet.

Les déchets récoltés étaient ensuite tout simplement abandonnés sur la voie publique. Grâce à la vidéo protection de la ville, plusieurs personnes impliquées ont été identifiées avec leurs véhicules.

Deux d'entre elles, chargées de récupérer les déchets du bâtiment et les encombrants, ont été interpellées et placées en garde à vue, le 17 novembre 2021. Elles ont été présentées à un juge jeudi. 

Le premier a comparu le jour même et a été condamné notamment à une peine de confiscation de sa fourgonnette ayant servi à l’infraction.

Poursuivi pour complicité, le second sera jugé le 16 décembre 2021, ayant demandé un délai pour préparer sa défense.

Cinq autres personnes, dont un garagiste et un responsable d’une entreprise de travaux soupçonnés d’avoir recouru à leurs services, ont été convoquées au commissariat et également placées en garde en vue.

Jusqu'à deux ans de prison

Trois individus soupçonnés d'avoir organisé le ramassage et l’abandon de déchets du bâtiment, de pneus (133), de frigos, de chauffe-eaux.... ont été poursuivis en comparution immédiate pour ces faits et pour travail dissimulé. Ils ont également demandé un délai pour préparer leur défense et obtenu le renvoi au 16 décembre.

Les peines maximales encourues pour ce type de délit qont de 2 ans de prison et 75.000 euros d’amende pour les personnes physiques et 375.000 euros d’amende et 5 ans d’exclusion des marchés publics pour les personnes morales.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité