Masters Dreamhack au Dôme: l'E-sport a sa place à Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par M.B
© Malik Karouche / France 3 Provence-Alpes

La finale du jeu counter strike s'est déroulée ce week-end à Marseille. Toute la semaine, 16 équipes se sont affrontées au Dôme, derrière leurs écrans pour cette importante compétition d'e-sport. 

Les 16 équipes viennent du monde entier. Chacune est composée de 5 joueurs qui s'affrontent devant plusieurs milliers de spectateurs présents dans la salle mais aussi en visionnage en streaming. 

Ce sont les Danois de la formation "Astralis" qui se sont imposés pour cette édition du Masters Dreamhack face aux Ukrainiens du groupe Na'Vi. 

L'e-sport désigne des compétitions de jeux vidéos en ligne ou en réseau sur consoles ou sur ordinateurs. Les joueurs sont des professionnels appelés pro gamers. Et leur sport est reconnu depuis 2016 comme une pratique de compétition. En France, il seraient plus de 850 000 joueurs amateurs et professionnels regardés par des millions de spectateurs en streaming.

A noter que l'e-sport pourrait bientôt devenir discipline olympique. En octobre dernier, le Comité international olympique (CIO) a fait un pas en direction de la reconnaissance des épreuves de jeu vidéo comme forme de sport... Ce qui permettrait d'envisager leur possible intégration aux JO de 2024.

Pour aller plus loin.


Reportage de Laurent Esnault, Malik Karouche et Sophie Cambon-Cazal :
 Intervenant du reportage :
- Jean-Christophe Arnaud, Directeur DreamHack France


Les deux équipes de Français ont été éliminées en 8ème de finale, dont Kenny, un jeune Dignois rencontré chez lui l'hiver dernier.


Le reportage de Véronique Bouvier et Laurent Esnault :
 

Intervenants du reportage :
- KENNY SCHRUB, joueur de counter strike
- MONIQUE MICHEL, Maman de Kenny

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.