Météo : à Marseille, le mistral gagne et chamboule le calendrier des festivités

Publié le Mis à jour le

Dans la Citée phocéenne, il a fallu ressortir les manteaux pour faire face au froid et au mistral. Avec des bourrasques à 90 km/h, de nombreux évènements en extérieur ont été annulés, ce samedi 2 avril. Le vent qui pousse les déchets vers la mer inquiète également des habitants.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Deuxième jour de mistral sur Marseille. Des rafales de vent, jusqu'à 90 km/heure, ce samedi 2 avril. Parcs fermés, événements reportés, la prudence est de mise.

Pas de défilé pour le carnaval

Échassiers, chars, costumes : il n'y aura rien de tout cela en centre-ville. Le carnaval de Marseille, qui devait faire son retour sur le Vieux-Port, n'aura finalement pas lieu. 

La dernière édition, c'était en 2019 :  la fête était très attendu, deux semaines après le carnaval de la Plaine.

Dans son communiqué, la Ville explique cependant étudier le "report à une date ultérieure"

La Massilia Cup aura bien lieu

Pour sa 40e édition, le vent n'aura pas épargné la Massilia Cup non plus. Vendredi 1er et samedi 2 avril, les départs des skippers ont été annulés.

L'organisation compte faire partir tout le monde dimanche.

Le festival La Voie est Belle ferme plus tôt

La mairie du 6e et 8e arrondissement l'a annoncé : le festival des éco-mobilités et de la végétalisation, qui devait durer jusqu'à samedi, s'arrête.

L'événement devrait être reporté en septembre. 

Pas de promenade au parc ce week-end

En raison de cet épisode venteux, les parcs, jardins et cimetières municipaux ont été fermés au public par la ville.

Les musées présents dans ces parcs (Muséum d'Histoire Naturelle, Musée des Beaux-Art, Palais Longchamp) restent cependant accessibles au public.

La municipalité appelle également à la prudence sur le littoral, et même en ville : des objets pourraient tomber, emportés par le vent. 

Pollution 

Comme à chaque épisode de fort mistral, on voit les déchets se promener dans les rues de Marseille. Isabelle Grenet tire la sonnette d'alarme : elle craint que les détritus sur les bords de l'Huveaune terminent à la mer. 

"Ça fait six mois que ça dure, avec le vent ça s'ajoute un peu tous les jours avec le vent et ça va finir à la mer."

"C'est un travail manuel de tout nettoyer, la solution passe peut-être par des volontaires, fait remarquer un habitant qui a l'habitude de se promener le long de la rivière. Mais, c'est un peu notre faute, c'est que nous consommons trop de plastiques."