Municipales à Marseille : Michèle Rubirola officiellement candidate pour le Printemps Marseillais

Michèle Rubirola vient d'annoncer officiellement mardi 7 janvier sa candidature à la mairie de Marseille. L'écologiste sera tête de liste du Printemps Marseillais. Dans son communiqué, elle indique avoir le soutien du socialiste Benoît Payan.

 

Michèle Rubirola sera candidate à la mairie de Marseille, Benoît Payan la soutient.
Michèle Rubirola sera candidate à la mairie de Marseille, Benoît Payan la soutient. © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Michèle Rubirola sera la candidate du Printemps Marseillais aux élections municipales. L'écologiste vient de l'annoncer mardi 7 janvier dans un communiqué.

"J’ai décidé d’être la candidate de ce rassemblement et je le serai aux côtés de nombreuses personnalités politiques et citoyennes Marseillaises, qui habitent, vivent et défendent leur ville. Je vais porter l’espoir des Marseillaises et des Marseillais", écrit Michèle Rubirola. Dans le communiqué, elle indique avoir le soutien de Benoît Payan.

"Sa décision est incomparable, unique, brillante pour l’avenir de notre ville".

Maintenant l'élu en appelle à son parti, "mes ami-e-s d’Europe Ecologie Les Verts, à faire preuve de responsabilité".

Benoît Payan prend du recul

Le socialiste ne sera pas tête de liste pour la liste le Printemps marseillais. Longtemps pressenti comme le candidat naturel, son lien avec le parti socialiste avait cristallisé des tensions et apparaissait comme un frein à l'union tant attendue.

Les fêtes ont été l'occasion de prendre du recul et de mûrir la décision.

Ma seule ambition, c'est Marseille

L'élu  insiste sur le l'idée qu'il préfère faire passer l'intérêt général avant son propre intérêt.
"Des esprits chagrins ont eux préféré leurs petits intérêts personnels à la construction d'une alternative crédible pour Marseille. Marseille se meurt de ce personnel politique médiocre, de ces diviseurs et de ces irresponsables. Je ne serai jamais de ceux-là" indique le socialiste qui se range derrière la candidate écologiste Michèle Rubirola.

Une décision saluée de toute part

Jean- Marc Coppola, porte-parole des communistes à Marseille a réagit sur les réseaux sociaux.
Une décision saluée aussi par Sophie Camard écologiste et insoumise .
Le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon a "salué" dans un communiqué, la décision de M. Payan, rappelant que son "opposition" à la candidature de M. Payan "n'était pas contre sa personne mais contre l'idée que le PS soit en état de motiver un vote majoritaire".

Vive réaction de Sébastien Barles

Sébastien Barles, tête de liste de Debout Marseille, a réagit par voie de communiqué. 
 "Nous nous étonnons qu’elle participe à une opération politique qui ressemble plus à un coup tactique pour sauver les meubles qu’à une dynamique politique de longue haleine. Une hirondelle verte ne fait pas le printemps".

Au collectif du Printemps Marseillais, l'écologiste fait une proposition : "Si leur démarche est sincère, qu’ils rejoignent notre dynamique écologiste pour remettre Marseille debout, au lieu de chercher par des manœuvres de dernière minute à faire naître la confusion et la division."

Redistribution des cartes

Ce retrait apparait comme un signe fort vers l'union. La candidature de Richèle Rubirola pourrait être beaucoup plus rassembleuse que celle de Benoît Payan. Elle pourrait attirer vers elle, une partie de la France Insoumise, des socialistes déçus et des écologistes et plus largement des citoyens qui souhaite un grand changement.

Validation soumise au vote

Michèle Rubirola, médecin de 63 ans, qui exerce dans les quartiers Nord saura ce vendredi si les 5000 signataires du Printemps marseillais, qui se veut une union des gauches, des forces syndicales et associatives valident sa candidature. Une validation qui émanera des urnes à l'issu de deux jours de vote en interne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections parti socialiste europe écologie les verts