Municipales 2020 : Marseille, enjeux, chiffres-clés et résultats

Qui prendra le fauteuil de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille en 2020 ? / © SOUILLARD Bruno/MaxPPP
Qui prendra le fauteuil de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille en 2020 ? / © SOUILLARD Bruno/MaxPPP

Retrouvez les résultats des élections municipales à Marseille par arrondissement dès leur publication au premier tour du 15 mars, puis dans la soirée du 22 mars pour le second tour. Suivez en direct le score des listes engagées dans la campagne. Et d'ici là , par secteur, enjeux et candidats. 

Par AV, LB, SC

Aux dernières élections municipales, Jean-Claude Gaudin (DVD) a été élu maire de Marseille. Mais après 25 ans de règne sans partage sur la deuxième ville de France, à 80 ans et après quatre mandats, le maire de Marseille laisse sa place et un bilan.

Au deuxième tour, Jean-Claude Gaudin a été élu avec 42,39% des suffrages, le candidat du Front national Stéphane Ravier remportant 26,51% des votes.

Alliés au second tour, les candidats de gauche Patrick Menucci et Jean-Marc Coppola remporte 31,09%.

Marseille, les forces en présence

Pour la première fois depuis 1995, l’élection municipale se joue sans le maire sortant. Ce fauteuil vide attire de nombreuses convoitises. Huit candidats sont en lice pour le premier tour du scrutin.

Adoubée par Jean-Claude Gaudin, la tête de liste LR Martine Vassal, 57 ans, ne veut pas se poser en héritière de son bilan controversé surtout depuis le drame de la rue d’Aubagne.

La présidente du département des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseillee occupe la meilleure place dans les sondages, renforcée par le soutien du président de la région Renaud Muselier et celui du macroniste Jean-Philippe Agresti, mais affaiblie par la candidature dissidente du sénateur LR Bruno Gilles, 58 ans, ancien président de la fédération LR des Bouches-du-Rhône.

La gauche malmenée, le RN en position de force

C’est à Marseille que le Front national de Jean-Marie Le Pen a dépassé pour la première fois les 20 %. Cette percée amorcée dans les années 80 n’a cessé de se consolider dans la 2e ville de France, jusqu’à l’élection d’un maire FN dans les 13e-14e arrondissements en 2014.

Stéphane Ravier, 49 ans, voit désormais plus grand que son secteur des quartiers nord. Il veut la mairie centrale. Les scores des dernières élections attisent son appétit. Marine Le Pen est arrivée en tête aux européennes sur l’ensemble de la ville (26,31 %) s’imposant à la première place dans sept secteurs sur huit.

Aux dernières municipales, l’électorat de la gauche s’est effondré dans tous les secteurs. A la présidentielle et aux législatives, les déçus se sont tournés vers Jean-Luc Mélenchon, qui a fait de bons résultats. Suivront-ils la liste d’union de la gauche menée par la conseillère départementale Michèle Rubirola, 63 ans, ex-EELV ? 

L’écologiste est concurrencée à la fois par la liste d’Europe Ecologie les Verts menée par Sébastien Barles, 46 ans, et la liste divers gauche de la sénatrice des quartiers nord Samia Ghali, 51 ans.

Candidatures dissidentes à droite

A quelques semaines du premier tour, l’autre liste écologiste de l’UDE Christophe Madrolle a finalement rejoint La République en Marche. Malgré ce soutien de centre-gauche, la liste d’Yvon Berland, 68 ans, ancien président de la faculté d’Aix-Marseille apparaît surtout comme une concurrence pour la droite.

La liste REM accueille d’ailleurs une adjointe de la majorité sortante Caroline Pozmentier et le conseiller politique de Renaud Muselier Pierre-Louis Cros.

Investitures contrariées, candidatures dissidentes, soutiens de coeur ou de raison…. la campagne des municipales à Marseille pourrait favoriser une abstention déjà forte et une volatilité des voix entre les listes concurrentes à droite et à gauche, au profit d'un RN en position de se maintenir dans tous les secteurs au second tour.

Les enjeux, secteur par secteur

1er secteur (1-7) : 11 conseillers municipaux à élire

Dans ce fief UMP tenu par Dominique Tian depuis 1995, Sabine Bernasconi qui lui a succédé en 2014 brigue un deuxième mandat.  

Dans le 1er arrondissement situé dans l'hyper centre, Jean-Luc Mélenchon a pris la tête au premier tour de la présidentielle avec 41,33 %, près de 20 points devant Emmanuel Macron et c’est sa suppléante, Sophie Camard, qui est tête de liste de la gauche dans ce secteur.

Le chef de file des écologistes Sébastien Barles part lui aussi boosté par les bons scores d’EELV aux européennes. Le parti Europe Ecologie est arrivé premier avec 24,07 % des voix.

Présent dans la triangulaire du second tour en 2014, le FN reste peu ancré dans ce secteur (15,15 % au premier tour de la présidentielle). C’est le seul secteur de Marseille où Marine Le Pen n’est pas arrivée en tête aux européennes (16,60%). La liste de Clémence Parodi espère cependant jouer les arbitres.

Têtes de liste :

  • Berland 2020 : Arnaud Devigne
  • Marseille d'abord une Force nationale : Laurent Comas
  • Debout Marseille : Sébastien Barles
  • Le Printemps marseillais : Sophie Camard
  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Clémence Parodi
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles : René Baccino
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : Gaëtan Poitevin
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Sabine Bernasconi

2e secteur (2-3) : 8 conseillers municipaux à élire

Transfuge guériniste passée dans le camp de Gaudin lors de l’entre-deux tours de 2014, la maire radicale Lisette Narducci brigue un 4e mandat.

En 2014, elle a conservé son siège grâce à une fusion de sa liste de gauche avec l’UMP Solange Biaggi, laquelle a remporté la mairie avec 47,69 % pour ensuite lui céder le fauteuil.

Six ans plus tard, les deux femmes se retrouvent à nouveau opposées. L’une sur la liste de Martine Vassal et l’autre sur la liste dissidente de Bruno Gilles. Trouveront-elles un terrain d’entente pour fusionner cette fois encore ?

Les 37,59 % de voix remportés par Jean-Luc Mélenchon en 2017, son meilleur score sur la ville, attestent que ce secteur garde un ancrage à gauche. A charge pour la tête de liste de la gauche, le socialiste Benoît Payan, de le concrétiser.

Le RN ne bénéficie pas d’une réelle dynamique dans ces quartiers populaires. A la présidentielle Marine Le Pen s’est classée troisième (18,30%), mais elle a devancé tous ses adversaires avec 22,88 % aux européennes. La conseillère municipale élue FN en 2014 Jeanne Marti pourrait comme en 2014 être présente au second tour.

Têtes de liste :

  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Jeanne Marti
  • Berland 2020 : Maliza Saïd Soilihi
  • Lutte ouvrière : Isabelle Bonnet
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Solange Biaggi
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : Alain Lhôte
  • Debout Marseille : Nouriati Djambae
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles :​​​​​​​ Lisette Narducci
  • Le Printemps marseillais :​​​​​​​ Benoît Payan
  • Marseille animliste : Yannick Deligny

3e secteur (4-5) : 11 conseillers municipaux à élire

Bruno Gilles reste-t-il maître chez lui ? Dans le secteur qu’il a dirigé pendant 22 ans, le sénateur LR, candidat dissident, affronte la liste de Martine Vassal menée par le doyen de la faculté de droit Jean-Philippe Agresti et la tête de liste du Printemps marseillais Michèle Rubirola.

Dans ce secteur-clé, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête de la présidentielle avec 27,64%, suivi par Marine Le Pen à 21,87 %, loin devant François Fillon (9,69 %).

Le RN y a aussi des ambitions. En mai dernier, aux européennes, c’est cependant le parti lepeniste, qui s’est imposé en tête suivi par Europe Ecologie. 

Têtes de liste :

  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Jean-François Luc
  • Debout Marseille : Fabien Perez
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles : Bruno Gilles
  • Nouvelle voie 2020 : Georges Vinapon
  • Liste ouvrière : Muriel Gerber
  • Berland 2020 : Mathieu Grapeloup
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : David Bergeron
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Jean-Philippe Agresti
  • Le Printemps marseillais : Michèle Rubirola 
4e secteur (6-8) : 15 conseillers municipaux à élire

Le 6-8 est un bastion de la droite, c’est le seul où François Fillon s’est classé en tête à la présidentielle avec 31,71 % en 2017.

En 2014, Jean-Claude Gaudin avait été élu dès le premier tour. Martine Vassal devrait cependant avoir plus de difficulté à faire de même avec la concurrence d’une liste dissidente à droite et celle d’Yvon Berland, la tête de liste LREM.

Têtes de liste :
  • Berland 2020 : Yvon Berland
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles : Ludovic Perney
  • Le Printemps marseillais : Olivia Fortin​​​​​​​
  • Debout Marseille : Christine Juste
  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Bernard Marandat
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : ​​​​​​​Pierre-Henri Blanc
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Martine Vassal
5e secteur (9-10) : 15 conseillers municipaux à élire

Le 9e arrondissement de Marseille est acquis à la droite depuis 1995. Le maire LR sortant Lionel Royer-Perreaut brigue un second mandat.

Présent dans la triangulaire de 2014, le parti lepéniste compte trois conseillers municipaux dans ce secteur. Le RN représentée par Eléonore Bez lorgne sur ces quartiers sud où Marine Le Pen est arrivée en tête à la présidentielle (26,44 %) en 2017 et aux européennes (28,99 %) en mai dernier.

Têtes de liste :
  • Le Printemps marseillais : ​​​​​​​Aïcha Sif
  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Eléonore Bez ​​​​​​​
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles : Nathalie Simon
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : Zoé Poncelet
  • Debout Marseille  : Hervé Menchon
  • Berland 2020 : Sophie Goy
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Lionel Royer-Perreaut
6e secteur (11-12) : 13 conseillers municipaux à élire

Le RN progresse dans ce fief de la droite. Le conseiller régional Franck Allisio porte ses espoirs de conquête dans le secteur de la filloniste Valérie Boyer qui a cédé sa mairie à Julien Ravier en 2017.

Pour ce dernier, la présence de l’ancien maire Robert Assante sur une liste dissidente complique un peu plus la donne.

A la présidentielle, Marine Le Pen était arrivée en tête avec 29,01 %, devant le candidat LR (21,94%). Aux européennes, le RN (30,30 %) a devancé de 10 points Emmanuel Macron, arrivé en deuxième position.

Têtes de liste :
  • L'esprit de nos quartiers : Hervé Manin
  • Le Printemps marseillais : ​​​​​​​ Yannick Ohanessian
  • Debout Marseille : ​​​​​​​ : Jean-Marc Signes
  • Berland 2020: Pascal Chamassian
  • François de Cambiaire;
  • Berland 2020: Pascal Chamassian
  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Franck Allisio
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles : Robert Assante
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Julien Ravier
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : ​​​​​​​François de Cambiaire
7e secteur (13-14) : 16 conseillers municipaux à élire

Le sénateur Stéphane Ravier entend conserver cette mairie qu’il a ravie à la gauche en 2014. Parmi ses adversaires à la faible notoriété, le "monsieur sécurité" de Martine Vassal, le général de gendarmerie David Galtier semble le mieux placé pour tenter de contrecarrer ses plans.

Mais le RN a depuis les dernières municipales encore consolidé son électorat. Marine Le Pen a réalisé ici son meilleur score sur la ville à la présidentielle en 2017 (29,72 %) et aux européennes en 2019 (35,30%).

Têtes de liste :
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali :​​​​ Julien Rossi
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : David Galtier
  • Lutte ouvrière : Danièle Pecoud
  • Marseille autrement : Karine Harouche
  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Stéphane Ravier
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles :  : Josépha Colin
  • Unir, rassemblement citoyen écologiste et solidaire : Mohamed Bensaada
  • Berland 2020 : Marie-Florence Bulteau-Rambaud
  • Le Printemps marseillais : Jérémy Bacchi
  • Fiers de nos quartiers : Farid Zidane
8e secteur (15-16) : 12 conseillers municipaux à élire

Dernier bastion marseillais de la gauche, le secteur de la sénatrice ex-PS Samia Ghali est convoité aussi bien par la gauche que par la droite qui ont dépêché sur place des personnalités : le communiste Jean-Marc Coppola pour le Printemps marseillais, le député Saïd Ahamada pour LREM et le comédien Moussa Maaskri, tête de liste LR.

A la présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon s’est imposé en tête avec 36,92 %, devant Marine Le Pen 27,54 %. Mais en mai dernier, le RN a largement repris l’avantage avec 34,12 des suffrages, très loin devant la France insoumise, arrivée deuxième avec 15% des suffrages exprimés.

Pour le RN ce territoire, qui jouxte le 7e secteur déjà conquis, est à portée de mains. Stéphane Ravier a confié cette mission à une de ses proches, la jeune conseillère régionale Sophie Grech.   

Têtes de liste :
  • Marseille avant tout avec Samia Ghali : Samia Ghali
  • Une volonté pour Marseille avec Martine Vassal : Moussa Maaskri
  • Lutte ouvrière : François Roche
  • Avec Stéphane Ravier, retrouvons Marseille : Sophie Grech
  • Le Printemps marseillais : Jean-Marc Coppola
  • Ensemble pour Marseille avec Bruno Gilles : Jean-Marc Corteggiani
  • Liste ouvrière Marseille retour aux services publics :  Stéphane Pernice 
  • Berland 2020 : Saïd Ahamada
  • Debout Marseille : Chahidati Soihili

Marseille, les chiffres clés

En 2016, 862.211 habitants étaient recensés à Marseille, avec un taux de natalité de 14,9‰, bien au-dessus de celui du pays 11,4‰, une densité de sa population de 3.583,3 habitants au km2, 30 fois supérieure à la moyenne nationale, 117,6 habitants au km2.

Avec un revenu médian annuel de 18.248 euros (2016), soit 1.520 euros par mois, les habitants de Marseille ont vu leur revenu augmenter de 0,65% par rapport à l'année précédente. Ce chiffre est inférieur de 12,45% au revenu médian national annuel (20.520 euros), soit 1.710 euros par mois.

53% des foyers fiscaux de la ville sont non imposables. La commune affiche également un taux de pauvreté de 26%, 12 points de plus que le taux de pauvreté national (14%)

 

​​​​​​​

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus